L'arbre de Piya
Bon retour sur le forum!


Forum pour Fanfictions de toutes sortes!
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Crossover : Le Théâtre des Ombres

Aller en bas 
AuteurMessage
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Crossover : Le Théâtre des Ombres   Lun 7 Jan - 19:56

Eh voilàààà!

Alors, le titre est encore "modifiable", je n'y ait pas énormément réfléchi et il se peut qu'au final il ne colle pas DU TOUT avec la fanfic!

Donc ça fait un petit moment que j'y travaille, alors voilà, voilà...

NOM: Le Théâtre des Ombres
TYPE: Fanfiction, Crossover
UNIVERS: Silent Hill, Assassin's Creed (ah?)

IMPORTANT: Il va y avoir quelques propos vulgaires, mais sans plus pour le moment. Et étant donné que Silent Hill est un jeu d'horreur, et Assassin's Creed un jeu... disons qui porte bien son nom... alors oui, il y aura pas mal de violence, j'imagine. Même si pour le moment c'est plutôt soft ^^

RESUME:

L'histoire se déroule dans un village aux alentours de Boston.

Altaïr, Ezio, Connor et Desmond mènent une vie banale d'adolescents américains.
Ils se font des amis, des ennemis, s'ennuient en cours et emmerdent leurs profs.

Mais depuis quelques temps déjà, leurs ennuis se multiplient.
Le jeune frère du colocataire d'Altaïr enchaîne les fugues, Ezio multiplie les heures de retenue, Connor ne trouve plus aucune trace de son père et les relations entre Desmond et son père sont plus que jamais tendues.
Tous les quatre, ils essaient malgré tout de faire face, de sauver leur amitié.

Et puis, c'est là que "ils" sont arrivés. Ces "choses".

Tout ne sera jamais plus pareil.

Transportés contre leur gré dans un coteau aux allures paradisiaques, ils n'imaginaient pas une seconde qu'il allaient se retrouver plongés au coeur de leur propre passé, de leurs propres mémoires...

... de leur propre enfer.



Eh bien oui, ça peut paraître un peu glauque comme ça, mais ça commence plutôt bien ^^


Ah, et je ne posterai non pas ma fanfiction par chapitres, mais par parties: chaque chapitre est découpé en quatre parties (une pour chaque héros) qui se rallongent au cours du temps, et auront de moins en moins de rapport entre elles...

Donc, ça fait en quelque sorte des "minis chapitres", qui faciliteront la lecture pour les plus flemmards et me permettront de poster plus régulièrement!

Allez, c'est parti, et ne lésinez pas sur les commentaires... et les critiques!

Ne me laissez pas reproduire les mêmes erreurs au fil du récit. Répétitions, "coïncidences", passages mal expliqués, ne laissez rien passer, parce que Silent Hill est un univers plus que tordu et si jamais je ne donne pas suffisamment de détails, vous ne comprendrez rien à moins d'avoir joué à tous les Assassin's Creed, et encore!

______________________________________________________________________________________________________________

Une journée banale…

Desmond :

« Pssssst ! »
Le jeune homme sursauta, quittant à regret la fenêtre des yeux pour regarder autour de lui.
« Pssst ! Ici ! »
Dans la rangée d’à côté, un garçon brun lui faisait de discrets signes en roulant des gros yeux.
« - Quoi ? chuchota-t-il.
- Regarde ! »
Il désigna discrètement du menton une table à quelques pas de la sienne en ricanant discrètement avant de se repencher sur sa copie, faisant mine de prendre le cours. Desmond posa les yeux sur la cible du rictus de son camarade, et il ne fut pas déçu. En effet, la jeune femme visée, ses longs cheveux bruns tirés en arrière, fixait d’un air absent le professeur qui, dos à la classe, gribouillait de longues lignes de cours au tableau. Mais le problème n’était pas ses yeux trop maquillés ou la croûte de fond de teint qui menaçait de se craqueler sous la tension de ses sourcils arqués, ni même les imposantes boucles d’oreilles or merveiiiiiilleusement assorties à sa pince crocodile en plastique bleu. Non, c’était sa bouche grande ouverte, lui donnant un air affreusement béat, qui fit naître un sourire sur le visage de l’adolescent. Ce qu’elle pouvait avoir l’air cruche, cette pouffiasse, avec sa tronche d’ahurie hébétée en fixant le tableau comme ça…

Desmond échangea un regard avec son camarade qui s’adonnait maintenant à une imitation des plus réussies, la mâchoire tombante et les sourcils haussés tout en laissant ses bras ballants le long de son corps, penché en avant dans une position aussi élégante que dynamique.
Il sentit un fou rire naissant gonfler ses joues et il serra les abdominaux dans une tentative désespérée pour le retenir, les yeux déjà humides de larmes. Il adressa un signe à son ami pour lui faire comprendre qu’il était très doué en pétasse hébétée mais aucun son ne parvint à sortit de sa bouche. La seule chose qu’il parvint à émettre fut un petit gloussement avant de plaquer ses mains sur sa bouche, tandis que la moitié de la classe ayant assisté au petit numéro de l’adolescent se tordait maintenant de rire, incapable de se contrôler.

Alors Desmond craqua et se plia en deux sur sa table, tentant vainement de se ressaisir sous le regard furieux de leur professeur.

______________________________________________________________________________________________________________

Oui, je sais, c'est minuscule.


Mais pas de souci, je poste le prochain dès demain, et ce jusqu'à ce que chacune de ces parties ce mette à faire plus d'une page word... MOUAHAHAHA!!!

Eh oui, ça va se rallonger au fil du temps. Pas de panique!

Sur ce, bonne lecture, et bonne nuit! Wink

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Une journée banale (Ezio)   Mar 8 Jan - 18:54

Me revoilà!

Comme promis, un nouveau ce soir (et je maudis Piya de ne pas m'avoir laissé de commentaire alors que je SAIS qu'elle a lu la première partie, vilaine! ><), pas plus long que le précédent.

Je me permets un double post, histoire de bien séparer mes "parties", donc...

______________________________________________________________________________________________________________


Ezio :

L’éclat de rire général qui explosa dans la classe lui arracha un sourire fier, et il salua exagérément son public dans le dos du professeur qui cherchait frénétiquement son livre dans sa sacoche de cuir, piaillant d’une voix suraïgue.

« Ah non ! Ca suffit, ça suffit ! J’en ai assez de votre classe !!! »

Il abandonna sa tâche et se tourna vers les élèves, rouge comme une pivoine et les poings serrés.

« Vous n’êtes qu’une bande de gamins indisciplinés !!! Et vous pensez vous en tirer comment au prochain contrôle, hein ?! Hein ?! »

Ezio sourit. Jamais il n’avait vu un homme, même hystérique, monter aussi haut dans les aigus et sa voix tremblante lui rappela celle d’un agneau en détresse.

Surtout que l’image allait rudement bien avec sa tignasse frisée et hirsute. Avec ses grosses lunettes et ses vieux pulls ternes, ce prof était un véritable cliché sur pattes.

« Monsieur, je peux savoir ce qui vous fait rire ?! »

L’italien se tourna vers son enseignant en tentant vainement de dissimuler son sourire mais déjà l’image du mouton effrayé lui revint à l’esprit et il étouffa avec peine son petit ricanement tandis qu’autour de lui ses camarades riaient encore aux éclats, certains frappant même le sol de leurs pieds pour calmer leur fou rire.

« Monsieur Auditore !!! »

Ezio ravala un gloussement.

« Oui, Monsieur Landry ? »

Le professeur rajusta ses lunettes d’une main tremblante de rage.

« - Je suppose que vous êtes l’auteur de cette mascarade, comme d’habitude.
- Personnellement, je dirai que c’est Julia. »

Nouveau hurlement de rire général à la vue de l’adolescente perdue qui jetait maintenant des regards mauvais à ses camarades, outrée.

« Mais ta geule, t’sais ! Comment tu me parle ?! Genre t’accuse les gens ! »

L’italien lui adressa un sourire radieux.

« Oh mais quel français évolué ! railla-t-il. Pas étonnant que les cours de vocabulaire de Monsieur Landry te laissent « bouche bée » ».

A nouveau ses camarades se plièrent sur leur table en versant des larmes, hilares et les côtes douloureuses. Desmond parvint à peine à lever un pouce vainqueur en direction de son camarade à l’air faussement innocent tandis que les hurlements de rire de leurs comparses recouvraient les cris du professeur et la pluie d’insultes de la dénommée Julia.

______________________________________________________________________________________________________________

Il s'agissait donc de la (courte) suite directe de la partie Desmond postée ci-dessus.

J'espère que ça vous plaira Wink

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Une journée banale (Altaïr)   Mer 9 Jan - 12:02

Et comme convenu, à l'issue de cette interminable matinée de maths (vive le mercredi -_-) je poste donc la partie suivante en espérant que Piya daigne m'adresser un commentaire cette fois-ci ( >v< )

Il s'agit de l'avant-dernière partie de ce chapitre (j'en ai donc posté 3/4 ; 0,75 ; 75% ; ... )

Vous voyez? C'est pas bon, les maths. N'en faites pas trop.


______________________________________________________________________________________________________________


Altaïr :

L’adolescent lâcha la corde et atterrit d’un geste souple sur le tapis qui s’étendait sous ses pieds, et comme d’habitude des murmures d’admiration résonnèrent dans tout le gymnase alors qu’il se dirigeait à nouveau à sa place sans montrer aucun signe de fatigue, les yeux fixés sur le prochain élève qui escaladait maladroitement la corde.

« Inutile de préciser qu’une fois de plus, le meilleur temps est pour Altaïr. » annonça le professeur aux cheveux grisonnants avant d’inscrire quelques chiffres d’une geste rapide sur une feuille froissée et aux allures de brouillon avant de porter lui aussi son regard sur la jeune fille qui tentait vainement d’escalader la corde.

Elle jeta un regard en coin à Altaïr par-dessus son bras crispé et tremblant. Il ne sut s’il était admiratif ou plein de reproches, mais elle se reconcentra immédiatement sur le plafond avant de donner une impulsion maladroite sur ses jambes pour saisir l’obstacle plus haut et se hisser de quelques centimètres. Elle se débattit ainsi durant une interminable minute alors que quelques gloussements retentissaient déjà parmi le reste de la classe qui suivait le spectacle aux pieds du tapis, les yeux fixés sur la brune qui cachait maintenant son visage écarlate entre ses bras tremblants, les yeux humides.

« Allez Cristina ! l’encouragea le professeur. Bats au moins ton record, tu n’es pas encore obligée d’aller tout en haut. »

Un pouffement sonore étouffa les autres et Altaïr serra les poings en croisant à nouveau les yeux humides de l’adolescente. Ses cheveux collants de sueur retombaient mollement sur son visage tandis qu’elle serrait les dents, le regard dur.

C’était injuste. Pourquoi elle ne pouvait pas avoir de facilités, elle ? Et pourquoi il fallait que le moindre de ses efforts soient masqués par les prouesses du génie ?
Elle n’allait jamais rien réussir en sport. Elle était nulle. Elle se détestait.

« Allez Cristie ! T’es presque aux trois quarts ! » cria une brunette aux cheveux en bataille à l’intention de son amie.

Les mains en feu, elle reporta à nouveau son attention sur le plafond avant de noter qu’elle avait à peine parcouru la moitié du chemin.

« Mais oui, avance au lieu de rester suspendue comme ça ! » ricana un jeune homme, adossé à une cage de handball. « Tu ralentis tout le monde, là ! »

Altaïr lui lança un regard noir, mais personne ne sembla le noter, les yeux rivés sur la jeune fille.

Lentement, elle se laissa glisser en bas de la corde et posa d’un geste faible mais gracieux ses jambes sur le tapis. Elle se redressa et se tourna vers le professeur qui lui jeta un regard désolé.

« Tu as encore quelques efforts à faire, mais c’est de mieux en mieux. »

Elle inclina la tête et, sans un mot, se dirigea vers les vestiaires sous le regard railleur de ses camarades et celui inquiet de la brunette hirsute.

« Vous faites une belle brochette de connards. » dit-elle d’un air détaché aux jeunes qui l’entouraient avant de saisir la corde d’un geste déterminé et de se hisser, lentement mais sûrement, en direction du sommet.

« Rebecca, si tu pouvais employer un vocabulaire plus adapté durant les heures de cours, je t’en serai reconnaissant. » laissa échapper le professeur comme à regret avant d’enclencher le chronomètre.

A quelques mètres de là, Altaïr restait muré dans son silence, pensif.


______________________________________________________________________________________________________________


Je sais, cette partie est nettement moins réjouissante, mais je vous rappelle que c'est pas avec du Silent Hill qu'on fera du comique...

... ou peut-être que si.

A voir.


Bonne lecture!

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Une journée banale (Connor)   Ven 11 Jan - 18:02

Oups!

J'ai oublié de poster la suite hier... mais puisque personne ne lit, j'imagine que ça vous dérange pas ^^'

Bon alors voilà la dernière partie du chapitre 1 (enfin, si un jour je me décide à numéroter mes chapitres. Faudra bien, à un moment donné...)


______________________________________________________________________________________________________________


Connor :

« Alors, cette journée ? »
Ezio jeta un regard blasé aux autres.

« - Landry nous a collé parce qu’on a souri en cours.
- Rectification ; on a hurlé de rire, pouffa Desmond.
- Pourquoi ? demanda Altaïr tout en enfilant ses mitaines.
- Tu aurais fait la même chose si tu avais vu la tronche de Julia… et la divine imitation qu’en a fait Ezio ! Haha, c’était juste mythique ! J’en ai encore mal aux côtes…
- J’aurais bien aimé voir ça.
- Oh, tu pourrais te montrer un peu plus enthousiaste ! Et toi, ta journée ? »

Altaïr hésita un moment sous le regard intrigué de ses deux comparses avant de répondre d’un air détaché.

« Vous connaissez Cristina ? »

Ezio réagit le premier.

« Vespucci ? Oui, je vois qui c’est. Pourquoi ? »

L’adolescent à la peau hâlée haussa les épaules.

« - Elle a un peu de mal à s’intégrer avec le reste de la classe, je crois.
- Tu veux dire, plus que toi ? railla Ezio.
- Ca, tu vas me le payer. »

Il lui saisit l’oreille et la tordit d’un coup sec, pliant l’italien en deux qui secouait les bras et les jambes dans une vaine tentative d’échapper à l’étreinte de son camarade, le tout sous les éclats de rire de Desmond et le regard affligé de Connor.

Pourquoi lui avait-on donné des boulets pareils pour amis ? Il suivit la scène du regard, détaillant comme à l’accoutumée ses camarades.

Desmond et Ezio faisaient parfaitement la paire ; le premier était toujours serviable et jovial, prêt à glousser aux moindres blagues du second dont la grande passion était de faire rire les autres autour de lui.
Altaïr était plus réservé et arrogant, ce qui ne l’empêchait en rien de les taquiner l’air de rien. Son jeu favori était de piquer au vif Ezio en lui rappelant sans cesse les choses qu’il faisait mieux que lui.
Et lui, Connor, eh bien… comment dire… disons qu’il avait beaucoup de mal à parler aux autres, et parfois s’en voulait d’être aussi froid avec ses amis.

D’autant plus qu’il n’en avait pas énormément.

Pourtant, ces derniers temps il lui semblait que quelque chose allait un peu moins bien entre eux. Il ne saurait dire quoi, mais il manquait un petit quelque chose qu’ils avaient avant, qui les avait réunis.
Et son sens de l’observation lui soufflait qu’il n’était pas le seul à l’avoir remarqué.

Les taquineries d’Ezio étaient moins innocentes, les remarques d’Altaïr plus acides et les sautes d’humeur de Desmond de plus en plus fréquentes.

« Dis, tu nous écoutes ? »

L’amérindien cligna des paupières tout en revenant à la réalité, un peu perdu. Face à lui, Desmond agitait les mains devant ses yeux.

« - Allô la lune, ici la Terre, nous vous demandons d’atterrir de toute urgence, récita-t-il sur un ton monotone.
- C’est bon, je t’écoute.
- Je t’ai déjà parlé de Rebecca, une amie à moi ? »

A côté de lui, une brune hirsute à l’air jovial lui adressa un sourire amical ainsi qu’un petit signe de main.

Elle était chaleureuse. Un bon point pour elle… tant qu’elle ne l’était pas trop non plus. Connor avait horreur des gens collants, surtout ceux qui ne pouvaient pas s’empêcher de lui toucher l’épaule pour lui parler.

« - Oui, je m’en souviens, dit-il en lui adressant un petit signe de tête –exploit venant de lui. C’est elle qui a mangé avec nous lundi dernier ? Avec… Lucy, c’est ça ?
- Ouaip, c’est ça. Et figure toi que Rebecca organise une petite fête, histoire qu’on se connaisse tous un peu mieux. Et je suis partant, parce que c’est vrai qu’on ne connait pas tant de monde que ça…
- Et elle voudrait que je vienne ?
- Oui… tu sais, ajouta-t-il pour éviter un refus catégorique de son ami qu’il connaissait trop bien, Altaïr y va aussi. Elle voudrait qu’on se retrouve chez elle samedi soir, ce qui te laisse encore toute la journée de demain pour réfléchir, Connor. »

Voir son ami se donner autant de mal pour le faire accepter lui arracha un petit sourire, et il détailla lentement Rebecca par-dessus l’épaule du brun. L’adolescente ne semblait pas encline aux prises de tête inutiles, du moins c’est ce que laissait entendre son attitude un peu détachée. Les mains enfoncées dans les poches de son jean trop grand, elle plaisantait d’un air léger avec Altaïr tandis qu’Ezio avait rejoint ses deux amies, une blonde radieuse et une petite brune, cette dernière jetant des regards noirs au syrien dans son dos.
Connor haussa un sourcil en notant ce détail, et hésita. Etait-ce vraiment une bonne idée de participer à une fête ?
Il allait devoir passer la soirée à se forcer à parler aux autres, qui après de surcroît allaient croire qu’il était leur ami et ne plus le lâcher.

Mais un petit regard en coin de Rebecca et son sourire si chaleureux achevèrent de le décider.
Après tout, cette fille ne pouvait pas avoir de mauvais amis, surtout si même Altaïr pouvait discuter avec elle sans remarques sarcastiques en l’ayant rencontrée deux fois à peine.

« Ezio vient aussi, j’imagine. »

Une lueur d’espoir traversa les yeux de Desmond et un petit sourire éclaira son visage.

« Bien entendu ! »

Connor soupira.

« Efface-moi ce sourire stupide. J’y réfléchirai. »

A ces mots, il fit volte-face pour ramasser son sac de cours et le jeter sur son épaule d’un geste nonchalant. Dans son dos, le brun adressa un petit geste victorieux à Altaïr ce qui arracha un sourire à la brune. Connor leur fit à nouveau face et leur jeta un regard suspicieux, les trois affichant le plus faux des sourires innocents. Malgré tout, il fut touché de savoir que sa présence à une fête leur importait autant.
Enfin, tant qu’ils y allaient, à cette fête.

L’amérindien ajusta le sac sur son épaule et inclina légèrement la tête sur le côté, le menton relevé comme à son habitude dans un geste à la fois détendu et un peu hautain.
« Je pense qu’on devrait y aller avant que la nuit ne tombe. »

Desmond haussa les épaules.

« - J’ai vraiment aucune envie de voir mon père.
- Moi je suis Connor, j’avais promis à Claudia de l’aider à faire ces devoirs ce soir.
- Quel grand frère exemplaire ! railla Altaïr. Je rentre aussi.
- Je vous déteste. »

Desmond atténua sa remarque d’un petit sourire avant de s’emparer de son sac à son tour et de saluer les filles.

« Salut ! Et merci pour l’invitation, c’est sympa d’y avoir pensé ! »

Elles lui adressèrent un petit signe à leur tout avant de monter dans la voiture de la blonde, adressant un dernier regard à Desmond avant de fermer la portière.

Lentement, Altaïr se pencha à l’oreille de ce dernier.

« Elle est mignonne, Lucy. »

Le brun fit un bond.

« Hein ? Qu’est-ce qui te prend ? Enfin, si c’est une question, oui… mais… tu te sens bien ? »

Les deux autres ouvrirent des yeux ronds. Ce n’était pas dans les habitudes du brun balafré de parler de filles.

« Je crois que tu lui as tapé dans l’œil. »

Ezio afficha un air soulagé, Connor parut consterné et Desmond… très gêné.

« Oh… tu crois ? »

Le syrien haussa les épaules.

« Vu comme elle te regardais déjà rien qu’au self, l’autre jour… je dirai que oui. »

Le brun se gratta la nuque d’un air gêné.

« Moaf… je vais pas m’en plaindre, elle est jolie Lucy. C’est flatteur. Mais je persiste à dire que j’ai rien vu de suspect, moi. »

« Evidemment. »

La remarque de Connor arracha un petit rire aux autres et le concerné croisa les bras dans une position boudeuse.

« Je vous déteste encore plus, maintenant. »

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piya
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 31/03/2012
Age : 23
Localisation : La tête dans les nuages et les pieds sur terre!

Feuille de personnage
Nom du personnage: Piya
Race: Elfe

MessageSujet: Re: Crossover : Le Théâtre des Ombres   Mer 16 Jan - 20:28

J'AI TOUT LU! ET TOC!
hum... Donc. Je voulais te dire que j'avais tout lu et ne t'avais pas abandonnée face au désert de réponses que peu offrir ce forum... et j'aime bien! un seul petit défaut tout de même: moi qui ne suis pas une grande connaisseuse des jeu, j'ai un peu du mal à m'y retrouver dans les personnages: qui parle? Qui est le bazané, et le balafré (ça je suppose que c'est Altaïr)... Voili voilou! sinon, j'ai hate de lire la suite! I love you

_________________
Like a Star @ heaven Que la Lune veille sur vos rêve et la nuit sur vos envies... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven L'espoir conduit aux rêves, et les rêves à l'espoir... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven Tyrion: Are you going to leave?
Shae: You have a shit memory. I am yours, and you're mine. Like a Star @ heaven



"ok, va falloir qu'on arrête tout ça. Et gloire à Flotteman."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larbredepiya.forumgratuit.org
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Re: Crossover : Le Théâtre des Ombres   Mer 16 Jan - 21:31

En fait ils sont tous bruns, plus ou moins mats et ont la même balafre (sauf Connor) ce qui rend la tâche difficile -_- sans parler d'un personnage à venir qui est... brun.

Altaïr est brun mais c'est souvent lui le balafré ^^ et le syrien, Ezio est brun mais italien, Desmond est brun (-_-) et américain, Connor est brun ET américain mais natif donc amérindien, Malik est aussi brun et syrien, Kadar est brun et syrien, Shaun est... aubrun! Donc un peu brun, et même beaucoup. Mais il est anglais!
Et un autre anglais et brun va faire son apparition...

Tu l'aura compris Piya, le mieux c'est de retenir leurs nationalités que de mon côté j'utilierai un peu plus. Et pour les trois syriens bruns...

... le problème sera vite réglé pour les différencier!

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piya
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 31/03/2012
Age : 23
Localisation : La tête dans les nuages et les pieds sur terre!

Feuille de personnage
Nom du personnage: Piya
Race: Elfe

MessageSujet: Re: Crossover : Le Théâtre des Ombres   Mer 23 Jan - 16:50

Cool! merci Wink

_________________
Like a Star @ heaven Que la Lune veille sur vos rêve et la nuit sur vos envies... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven L'espoir conduit aux rêves, et les rêves à l'espoir... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven Tyrion: Are you going to leave?
Shae: You have a shit memory. I am yours, and you're mine. Like a Star @ heaven



"ok, va falloir qu'on arrête tout ça. Et gloire à Flotteman."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larbredepiya.forumgratuit.org
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Nuit difficile (parties 1 à 4)   Jeu 24 Jan - 17:10

Me revoilà!

Après une longue absence rythmée par de sympathiques contrôles de physique chimie (tronc commun et spécialité à un week-end d'équart, j'en aurai pleuré... surtout que les notes s'annoncent catastrophiques! :'( help!) me voilà de retour avec un chapitre entier.

Les quatre parties en un coup!


Alors au programme, des signes avant-coureurs peu rassurants et... un ennui mortel pour l'un des garçons.

Lisez... si vous l'osez!

______________________________________________________________________________________________________________


Nuit difficile :

Desmond :

« Je suis rentré ! »

L’adolescent jeta son sac d’un air nonchalant dans le vestibule luisant de propreté, s’affalant dos au mur pour retirer ses chaussures.

« Papa ? »

Il marqua une pause. Pas de réponse.

« Papa ! »

Desmond hésita, balança ses chaussures dans le placard et jeta un rapide coup d’œil par la fenêtre.
Seule l’allée de béton et les fleurs qui l’encadraient jusqu’à l’imposant portail étaient visibles dans la nuit noire. Aucune trace de la belle voiture de sport blanche de son père.

« Forcément. »

Il laissa échapper un long soupir et entra dans le salon, cherchant à tâtons la lumière.

Il ne s’attendait pas vraiment à ce qu’un truc froid et visqueux lui effleure la main.

« Waaah !!! »

Son cri résonna dans toute la maison, qu’il trouva soudain beaucoup trop vide à son goût.

« Bordel, qu’est-ce que… »

L’atmosphère se rafraîchit soudain, et un nuage de vapeur s’échappa d’entre ses lèvres dans un souffle. Il approcha à nouveau doucement sa main de l’emplacement de l’interrupteur, et ce fut un mur de métal froid qu’il rencontra, lui arrachant un nouveau sursaut tandis qu’il la retira, comme brûlé. Dans l’obscurité de la pièce il lui sembla voir des formes s’agiter, des mains s’élever des murs et se tendre vers lui, des visages déchirés apparaître au plafond, des silhouettes se rapprocher de lui.

Les ténèbres se firent plus noires encore autour de lui si bien qu’il ne distinguait plus rien à présent, rien que le froid glacial qui mordait sa chair et des mouvements gauches et saccadés dans la salle.

Il déglutit difficilement, la gorge serrée et une boule au ventre, plaquant sa main gelée sur son front en fermant les yeux.

« Je crois que… je vais aller me reposer… »

Un murmure s’éleva doucement dans la salle, repris en chœur par les silhouettes maladroites de plus en plus proches de lui tandis que deux choses visqueuses semblables à des tentacules glissèrent dans sa nuque et s’enroulèrent lentement mais sûrement autour de son cou.

Un souffle glacial se glissa derrière son oreille et lui donna la chair de poule. Desmond fut parcouru d’un désagréable frisson et son estomac se tordit.

« Je crois que je vais… »

Il agrippa son estomac douloureux et serra le poing, tordant son sweat-shirt trempé de sueur froide alors que la salle se mit à tourner lentement autour de lui. Sa vue s’étant adaptée à l’obscurité, il distinguait à présent les contours vagues de mains qui se tendaient vers lui comme des serres, sa vision se troublant et la pièce gelée tournant de plus en plus vite, les murmures n’étant plus que des souffles irréguliers et menaçants.

D’un geste désespéré, il plaqua à nouveau la main contre le mur qui se trouvait dans son dos alors que la douleur dans son estomac le plia en deux.

Alors il rendit tout, incapable de se contenir, et tant pis pour le beau parquet ciré de son père.

Pris d’une légère crise de toux, il fit la grimace.

Le goût de rouille dans sa bouche ne trompait pas.

L’étreinte organique se resserra autour de son cou, le souffle se faisait à présent glacial dans sa nuque.

« Tu as peur du noir, Desmond ? »

Incapable de répondre, il tenta vainement de réduire la pression sur sa trachée en tirant de toutes ses forces sur les lambeaux de chair qui tentaient de broyer sa gorge tandis que ses poumons commençaient déjà à le brûler.

Sa tête lui tournait affreusement maintenant, les mouvements de la pièce lui firent perdre son sens de l’équilibre et il chancela avant que son front n’aille percuter le mur de plein fouet.

« Lum… lu… ère… »

Haletant, il émit un râle atroce avant d’être pris d’une nouvelle crise de toux. Son estomac se tordit à nouveau et une vague de panique le parcourut en un frisson. Couvert de sueur froide, il tremblait de tous ses membres engourdis et sa vision de troubla.

« Air… resp… rha… »

Son cœur bondit lorsqu’il sentit un relief de plastique rectangulaire, et il frappa l’interrupteur du poing d’un geste désespéré.

Aussitôt un flash de lumière l’aveugla et l’étreinte autour de sa gorge s’évanouit. Les genoux tremblants et les paupières closes, il demeura quelques minutes appuyé contre le mur peint de gris à tenter vainement de reprendre son souffle entre deux quintes de toux.

« Qu’est-ce que… »

Incapable d’achever sa phrase, la voix trop rauque et la gorge en feu, il inspira longuement et ouvrit les yeux. Il mit du temps à s’accommoder à la lumière avant de balayer lentement la pièce du regard en portant une main à sa gorge où il pouvait encore sentir l’étreinte de la « chose ».

La pièce lui parut aussi propre et chaleureuse qu’à l’accoutumée.

Aucune trace d’une quelconque créature, pas même du sang qu’il lui semblait avoir vomi quelques minutes plus tôt.

Il porta à nouveau la main à son front, gelé et brûlant, trempé de sueur froide, les genoux tremblants.
Nauséeux, il referma lentement les yeux.

« Desmond, mon vieux… je crois qu’il va falloir faire une petite sieste… »

Et à ces mots, il s’effondra sur le sol dur et frais du salon, inerte.


Altaïr :

« Comment s’est passé ta journée ? »

Le syrien leva les yeux vers son ainé, le regard rivé sur le fond de son assiette vide.

« Bof. Je crois qu’une fille de ma classe m’apprécie pas trop. »

Malik, malgré son air inquiet, dérida un peu son front pour hausser un sourcil et releva la tête, l’incitant à continuer.

« Tu sais, je suis le meilleur de ma classe, en sport. Une fille pas très douée est passée juste après moi. Toute la classe s’est moquée d’elle, alors elle m’a jeté un regard noir. »

Il marqua une pause et soupira, relevant le menton en remuant lentement son assiette de pâtes.

« Je suppose qu’elle est juste jalouse. »

Malik acquiesça sans rien ajouter, une boule au ventre. Son colocataire se leva avec un soupir las et débarrassa la vaisselle, la plongeant dans l’eau bouillante et mousseuse avant de saisir une éponge.

« Merci… »

Il tourna la tête vers le brun resté à table, les yeux rivés sur l’horloge et les mains si crispées sur ses bras que ses jointures en étaient blanchies.

« Malik, tu es sûr que ça va ? »

Il se tourna vers le jeune homme et tenta de lui sourire, mais l’inquiétude se lisait dans chaque relief, dans chaque muscle de son visage.

« Oui oui… je suis juste un peu inquiet, c’est tout. »

Sans blague.

« - C’est Kadar ?
- Il devrait être rentré depuis une demi-heure maintenant…
- Il n’est pas sorti avec des amis ?
- Je ne pense pas, il m’aurai prévenu sinon. Enfin, j’espère.
- Tu veux que j’aille faire un tour ? »

Malik se leva en secouant négativement la tête.

« Toi, tu reste ici. Tu as assez d’ennemis dans le coin comme ça. Je vais faire un tour, et je reviens le plus vite possible. »

Altaïr leva des yeux inquiets vers le brun au bouc soigné qui enfilait déjà un épais manteau. L’imaginer seul dans la nuit noire avec ces quelques racailles qui traînaient ne le rassurait pas, mais il savait qu’il ne reculerait devant rien pour retrouver sont petit frère.

« - Sois prudent, Malik.
- Oh, t’en fait pas. Contente-toi de frotter cette vaisselle ! »

Il ajouta un clin d’œil à l’adresse du brun couvert de mousse et quitta la maison en coup de vent.

Avant de faire marche arrière.

« Et ferme bien la porte à clé ! Sans t’endormir avant notre retour, si possible ! »

Altaïr baissa les yeux en souvenir de la foi où, parce que Kadar et lui s’étaient endormis devant la télévision, Malik avait du passer la nuit chez un voisin.

« J’y penserai, promis. Rentre vite. »

Avec un dernier sourire encourageant –surtout destiné à rassure l’autre-, l’ainé ferma la porte que l’adolescent vint verrouiller à regret dans son dos avant de replonger les mains dans l’eau bouillante.


Ezio :

Assis sur le matelas moelleux de son grand lit deux places, l’adolescent roula sur le dos en collant une nouvelle fois le combiné à son oreille.

Bip… bip… bip…

Agacé, il écrasa le bouton « Raccrocher » de l’appareil avant de le laisser tomber nonchalamment à côté de sa tête calée sur l’oreiller noir.

Mais pourquoi diable Desmond ne répondait-il pas ?

Il croisa les bras, et attendit. Roula sur un côté, puis sur l’autre.

Sur le ventre, et sur le dos.

Il tenta de faire tenir son oreiller au bout de ses jambes à la verticale plusieurs fois de suite, sans succès.

Il l’écrasa sur son visage.

Puis il le remit sous sa tête, et attendit de nouveau.

Il jeta un coup d’œil à l’horloge.

Et roula au bord de son lit.

Il tomba avec un gros bruit, et roula sur le sol, enroulé dans sa couverture.

Il traversa la pièce une fois. Puis il revint en arrière.

Il effectua un second aller-retour.

Puis un troisième.

Il ne sursauta même pas lorsque la porte s’ouvrit à la volée, laissant apparaître une charmante petite brune en pyjama trop large dont le visage s’illumina à la vue de l’adolescent saucissonné dans sa propre couverture.

« C’était quoi ce gros bruit ? »

Il désigna son lit d’un geste du menton, et elle laissa échapper un petit rire cristallin.

« Tu dois vraiment te faire chier pour faire ça, hein ? »

Elle traversa la pièce d’un pas gracieux et s’assit sur le boudin de tissus qu’était maintenant son frère. Elle se mit à jouer lentement avec ses longs cheveux châtain avant d’écrases ses joues avec une main.

« - Qu’est-che que tu fais ?
- J’essaie de te rendre moche, mais on dirait juste un poisson.
- T’es chtupide.
- Ouais, mais il est beau gosse, mon poisson. »

Il éclata de rire avant de rouler sur le côté pour faire tomber sa sœur par terre et tenter tant bien que mal de l’écraser.

« Argh ! Arrête, t’es gros ! »

Elle eut pour toute réponse un rire victorieux quand son aîné lui roula dessus.

« Haha ! Encore gagné ! »

Il s’extirpa de la couverture qu’il souleva pour admirer sa prise. Roulée en boule, elle riait comme une tordue en se débattant dans le tissu noir.

« Ok, je me rends ! Je me rends, c’est toi le meilleur ! »

L’italien tendit une main secourable à sa sœur qui s’épousseta, avant de lui mettre une tape virile sur l’épaule.

« - Mais on remet ça quand tu veux ! C’est marrant, les combats de boudins.
- N’importe quoi ! rit-il. Allez, va te coucher. Tu vas encore avoir du mal à te lever demain matin.
- Moaf, j’ai pas un seul contrôle alors…
- C’est pas une raison ! »

Il lui donna un coup de coude taquin et lui fit un petit signe en la voyant disparaître dans le couloir.

« - Bonne nuit, frangin ! chantonna-t-elle à son adresse.
- Bonne nuit, sœurette. »

Il ferma la porte de sa chambre et s’allongea sur son lit.

C’est ce moment que choisit son portable pour vibrer.


Connor :

Incroyable ce que le plafond pouvait devenir intéressant, quand on avait rien à faire. Il fixait la peinture blanche depuis plusieurs minutes déjà, quand une voix inquiète se fit entendre dans le combiné.

« Allô ? »

L’amérindien soupira de soulagement.

« - Ezio !
- Ah, ciao Connor !
- Tu as l’air surpris.
- Et toi inquiet. Qu’est-ce qu’il se passe ? »

Le brun fonça les sourcils et s’adossa contre le mur, assis en tailleur.

« - Bon, tu as gagné. Je commence.
- Alors, qu’est-ce qu’il t’arrive ? demanda l’italien que le ton soucieux de son ami avait gagné.
- J’ai téléphoné à Altaïr ce soir.
- Ah ? Pourquoi ?
- Pour parler de la soirée, et puis il a l’air bizarre en ce moment.
- C’est vrai. Je crois qu’ils ont des soucis, chez lui.
- Je te le fais pas dire. Kadar était en retard et Malik était parti le chercher. Quand ils sont rentrés, ils étaient gelés et Kadar était couvert d’hématomes.
- Oh… qu’est-ce qu’il leur est arrivé ?
- Ils savent pas, et Altaïr a du raccrocher pour les aider. Il avait l’air paniqué. »

Il marqua un silence, avant de reprendre.

« - Je me fais du souci pour lui, mais c’est pas ça qui m’inquiète le plus.
- Ah ? »

Il entendit Ezio déglutir à l’autre bout du combiné.

« Desmond est passé chez toi, ce soir ? »

L’italien fronça les sourcils, geste qui échappa à Connor, bien entendu.

« - Non, pourquoi ?
- Son père a appelé chez moi, tout à l’heure.
- Oh merde. »

Un appel de William Miles n’était jamais bon signe.

« - Pourquoi il a appelé ?
- Pour savoir si il avait passé la soirée avec nous.
- Ah. Ben non. Pourquoi ?
- Même pas avec toi ?
- Non ! Pourquoi ? »

L’italien s’impatientait, et Connor finit par lâcher :

« Il a fait un malaise en rentrant chez lui. »

Un long et angoissant silence s’ensuivit.

« Il va comment ? »

L’amérindien soupira.

« Heureusement, il n’a rien de grave. Il a juste l’air endormi, mais apparemment il s’est effondré en plein milieu du salon. Monsieur Miles a fait venir un médecin, et ils pensent que Desmond à juste besoin d’un peu de repos. Pas d’alcoolémie ni de drogues, mais son père le suspecte quand même d’avoir fait la fête. D’où son appel. »

L’italien laissa échapper un soupir de soulagement sonore tandis que l’amérindien s’enfonça un peu plus dans son oreiller.

« - Je suis bien content qu’il n’aie rien de grave.
- Moi aussi. Je me suis fait beaucoup de souci.
- Et comment va Achilles ? »

Connor laissa à son tour échapper un soupir.

« Un peu mieux, mais ses rhumatismes le travaillent encore beaucoup. Merci de demander de ses nouvelles, Ezio. »

L’italien put sentir le sourire de son ami à l’autre bout du fil.

« Pas de quoi. Je l’aime bien, ton Achilles. Passe-lui le bonjour de ma part, d’accord ? »

Connor se redressa, assis au bord du lit.

« - D’accord. Et toi, salue toute ta petite famille. Surtout Claudia.
- Ca veut dire quoi, ça ? rit Ezio.
- Détends-toi, seulement que je la considère comme une bonne amie. Même si elle est très mignonne, ajouta-t-il avec un sourire.
- Wesh ziva comment tu parle de ma sœur pelo !
- Tu imite très bien le wesh outré. En plus de la pétasse ahurie, d’après ce que j’ai pu entendre de Desmond.
- Merci bien, cher public, railla le brun. Bon, je pense qu’on devrait dormir et reparler de tout ça demain.
- Tu as raison. Bonne nuit.
- Toi aussi, dors bien !
- Je vais essayer. »

L’amérindien se leva et fit quelques pas en direction de son bureau, prêt à raccrocher, lorsqu’il fut interrompu au dernier moment par la voix de son ami.

« - Ah et, au fait, Connor !
- Oui ? »

Court silence.

« Merci d’avoir appelé. Je sais que c’est pas ton activité préférée mais… ça fait toujours du bien de discuter un peu comme ça, avec toi. Et merci aussi de m’avoir prévenu pour les deux autres. A demain ! »

Avant d’ajouter :

« Oh, et tu viens avec nous a la petite fête de Rebecca, hein ? »

Connor eut un petit rire.

« De rien, c’est normal. Et oui, je pense que je vais venir. »

Soupir de soulagement à l’autre bout du fil.

« - Super ! Tu vas voir, elle et ses amies sont plutôt sympa.
- Je l’espère.
- Ouaip. Bonne nuit !
- Bonne nuit aussi. »

Ils coupèrent ensemble la communication et l’adolescent métis posa d’un geste machinal son téléphone portable éteint sur son bureau avant de se diriger vers le couloir. Il fit quelques pas afin d’entrevoir le salon depuis le haut des escaliers, éclairé par la faible lueur de la télévision.
Le vieil Achilles aux cheveux gris coupés court, contrastant avec sa peau noire et lui donnant un air sévère, était étendu sur le canapé vintage qu’il affectionnait tant. Ses légers ronflements peinaient à couvrir le volume de la télévision que l’amérindien, s’étant approché d’un pas souple et silencieux, s’empressa d’éteindre avant d’étendre un vieux plaid en laine chaude sur celui qu’il appelait son mentor. Le petit sourire qui se dessina sur le visage de l’homme pendant son sommeil arracha un air satisfait à Connor, toujours heureux de pouvoir l’aider et obtenir sa gratitude, si implicite était-elle.

Puis, aussi agile et silencieux qu’à l’accoutumée, il regagna sa chambre et se glissa dans son lit à l’armature en bois solide, et s’enfonça dans le matelas moelleux avant de sombrer dans les bras de Morphée.

______________________________________________________________________________________________________________

Voilà, quatre petites parties pas trop longues et que je peux donc poster d'une traite (contrairement aux chapitres à venir, muahahah!!!).

Je n'ai pas eu le temps de les retoucher vraiment mais j'espère que, chère Piya, tu t'y retrouveras parmi eux (ce sera moins difficile, je crois.)

Avec bien sûr l'entrée en scène d'un personnage important, Malik, et de deux autres plus secondaires qui sont Claudia et Achilles.


Pour ceux qui sont un peu perdus, au cas ou j'aurais un peu mal expliqué, une mini-biographie-toute-riquiqui s'impose prochainement.


Tataaaam!

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Récapitulatif   Jeu 24 Jan - 17:45

J'ai pris une grande décision!

Eh oui, je vais écrire des petits récapitulatifs de temps à autres (pensée pour Piya que j'ai perdue entre tous ces prénoms).

Rien de bien détaillé, en somme, mais le nécessaire pour suivre l'histoire comme il se doit.

Pour des raisons évidentes (spoil, pour ceux qui auraient pas compris) je ne vais pas compléter ce post au fur et à mesure mais en glisser un ou deux discrètement, pour faire le lien avec le jeu et vous éclairer sur la signification de certains détails que voulais garder discrets car ils ne sont pas d'une importance capitale, mais qui ne sont pas là pour rien non plus.

Voilà Wink en espérant que ça vous soit utile:


- Altaïr Ibn la'Ahad:
Un des personnages principaux. Aux origines syriennes, il possède comme signe particulier une cicatrice sur la droite de sa bouche semblable à celle qu'Ezio s'est faite suite à une bagarre (d'où le surnom de balafré).
Il partage -comme vous aurez pu le lire dans le chapitre 2- un appartement avec deux amis d'enfance, Malik et Kadar Al Sayf.

- Ezio Auditore:
Un des personnages principaux. Etant plus jeune, il s'est battu avec un autre collégien ce qui lui a laissé pour séquelle une cicatrice verticale sur ses lèvres à droite. Ses parents (et donc lui) sont de pure origine italienne.
Il vit avec sa petite soeur et ses parents dans une grande villa, et son oncle Mario leur rend souvent visite.

- Connor Kenway:
Un des personnages principaux. Il n'a jamais connu son père et vit avec Achilles, un ancien ami de sa mère qui l'a pris sous son aile et élevé comme son propre fils. Sa mère était amérindienne, originaire de d'une des dernières tribus, et son père anglais.

- Desmond Miles:
Un des personnages principaux. Il est en conflit avec son père qui le délaissait depuis son plus jeune âge au profit de ses activités professionnelles. C'est le plus jeune du groupe. Il est américain, mais son père possède beaucoup d'origines différentes (qu'il serait trop long de citer -_-) ce qui lui donne un physique plutôt métis.


Personnages secondaires:

- Cristina Vespucci:
Une camarade de classe d'Altaïr. Elle n'est pas très douée en sport et semble ne pas trop l'apprécier. Ses parents sont italiens. Elle est amie avec Rebecca et Lucy.

- Rebecca Crane:
Une camarade de classe d'Altaïr. Passionnée d'informatique, elle aime aussi se faire des amis et est souvent l'organisatrice de petites fêtes. Elle vit en collocation avec un ami à elle. Amie de Cristina et Lucy.

- Lucy Stillman:
Une camarade de classe d'Ezio et Desmond. Elle semble avoir un faible pour ce dernier, d'après ses camarades. Amie de Cristina et Rebecca.

- William Miles:
Père de Desmond. Oui, je sais, je n'ai pas évoqué son prénom plus tôt mais c'est plus cool qu'écrire "le papa de Desmond". Il semble plus intéressé par son travail que son fils avec lequel il a du mal à communiquer.

- Claudia Auditore:
Soeur cadette d'Ezio, elle est très complice avec lui.

- Achilles Davenport:
Mentor de Connor depuis son plus jeune âge, même si ce dernier ne le considère par vraiment comme son père, ce qui ne les empêche en rien d'agir comme une famille. Il se fait vieux et malade. Il descend d'une ancienne famille d'esclaves noirs.

- Kadar Al Sayf:
Jeune frère de Malik et colocataire d'Altaïr, il prend ce dernier pour modèle (au grand damn de son ainé). Ces derniers temps, il se comporte de façon étrange...

- Malik Al Sayf:
Frère aîné de Kadar et colocataire d'Altaïr. Il est plus vieux que ce dernier et, étant déjà majeur depuis quelques années, a déjà un travail.

Difficile de faire vivre deux adolescents rebelles avec ça, mais il se débrouille comme il peut, le pauvre.

Malgré tout, il est un excellent ami d'Altaïr et ils savent se serrer les coudes dans les moments difficiles.

______________________________________________________________________________________________________________


Il est tout sauf nécessaire de lire ça, surtout que c'est long pour ce que c'est et peut contenir des informations tout sauf utiles.
Vous pouvez donc simplement jeter un coup d'oeil au passage d'un personnage qui vous est sorti de l'esprit ou que vous avez mal cerné ^^

Je tiens à re-préciser que tous ces personnages sont issus des jeux Assassin's Creed et qu'ils ne m'appartiennent en aucun cas (même si, je l'avoue, je les piquerai bien à leurs créateurs ^v^ )

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piya
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 31/03/2012
Age : 23
Localisation : La tête dans les nuages et les pieds sur terre!

Feuille de personnage
Nom du personnage: Piya
Race: Elfe

MessageSujet: Re: Crossover : Le Théâtre des Ombres   Sam 26 Jan - 11:15

Ouais! génial! rien a reprocher à ce chapitre. Et merci beaucoup pour le récapitulalulatif, c'est plus clair à présent! continue! Smile

_________________
Like a Star @ heaven Que la Lune veille sur vos rêve et la nuit sur vos envies... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven L'espoir conduit aux rêves, et les rêves à l'espoir... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven Tyrion: Are you going to leave?
Shae: You have a shit memory. I am yours, and you're mine. Like a Star @ heaven



"ok, va falloir qu'on arrête tout ça. Et gloire à Flotteman."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larbredepiya.forumgratuit.org
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Inquiétude croissante (Altaïr, Ezio)   Lun 28 Jan - 17:53

Merci pour les commentaires, Piya! Et contente que le récapitulatif puisse t'aider Wink

Donc voili voilou, deux parties supplémentaires du nouveau chapitre concernant Ezio et Altaïr.

Le titre du chapitre résumera pour moi...

Niark niark niark!

______________________________________________________________________________________________________________

Inquiétude croissante

Ezio :

Jamais un repas au self n’avait été aussi silencieux. Seul le brouhaha alentour et quelques échanges de politesses meublaient le silence qui s’était instauré à leur table, dès le début du repas. Desmond semblait être en mauvais état, comme s’il ruminait quelque chose depuis plusieurs nuits déjà, et Altaïr était enfermé dans un silence religieux, muet comme une tombe depuis son faible « Bonjour » matinal.

Ezio échangea un regard entendu avec Connor, et prit la parole le premier.

« Au fait, Altaïr… et pour Kadar ? Il va mieux ? »

Le syrien releva la tête et adressa à son ami un sourire fatigué.

« Oh oui, ça va… »

Ezio fronça les sourcils.

« Ca a pas l’air. Comment il s’est mit dans cet état ? Qu’est-ce qu’il s’est passé, au juste ? Ce n’était pas un gang, au moins ? »

Son ami poussa un profond soupir.

« Il n’a aucune blessure très grave, et n’a pas voulu nous dire ce qui l’a poussé à aller se balader à une heure aussi tardive. Malik l’a retrouvé seul sous un arrêt de bus. Alors que ça fait des années que plus aucun bus ne passe par ici. »

Ses camarades échangèrent un regard intrigué.

« Je me demande bien ce qui a pu le pousser à faire une chose pareille… »

Altaïr pinça les lèvres et se reconcentra sur son plateau, remuant négligemment l’étrange purée orange fluo qui s’étalait dans le jus de sa viande trop cuite.

« Je préférais le chef d’avant. J’espère qu’il sera vite remis, parce que le remplaçant fait de la bouffe vraiment dégeulasse. »

Les autres firent mine de ne pas noter son changement de sujet, mais Ezio sentit que le syrien en savait plus sur cette histoire qu’il ne le disait.

Tout ça sentait le roussi. Encore une autre garde à vue et Altaïr pouvait dire adieu à ses études.

Ce fut Connor qui prit la relève.

« Et toi, Desmond ? Ton père a appelé hier soir. Il m’a dit que tu ne te sentais pas bien. Ca va ? »

Le brun fit la moue.

« J’avoue que non, j’allais pas top. Mais j’imagine qu’il ne t’a pas appelé pour cette raison. Il voulait savoir si j’avais bu ou fumé, c’est ça ? »

L’amérindien haussa les épaules, arrachant une grimace de dégoût à son camarade.

« Je l’aurais parié. Son fils fait un malaise et lui, tout ce qu’il fait, c’est le fliquer. »

Altaïr soupira.

« Tu sais, je pense que c’est une manière comme une autre de s’inquiéter pour toi. Même si je dois avouer que moi aussi, ça me taperait sur les nerfs. »

Ils obtinrent un petit sourire de l’adolescent avant de se murer chacun à nouveau dans leur silence.

Et ce fut, cette-fois, Desmond qui le brisa.



Altaïr :

« Heu… les mecs ? »

Les trois adolescents relevèrent la tête d’un seul chef, ce qui leur arracha un demi-sourire.

« C’est quoi… l’expérience la plus bizarre que vous ayez vécue ? »

Alors que Connor lui jeta un regard intrigué, Ezio intervint le premier.

« Faire rire Altaïr et Connor en même temps… ah… ma plus belle victoire ! »

Il reçut pour toute réponse un coup de chacun de ses amis visés, mais Desmond sembla plus ennuyé par cette réaction qu’autre chose.

« Non mais… je veux dire… le pire cauchemar que vous ayez fait, par exemple ! »

Altaïr montra soudain un intérêt tout particulier à la question, appuyant d’un geste concentré son menton sur la tranche de ses mains jointes, penché un peu vers l’avant.

« Hum… hésita Ezio. J’imagine que c’est celui ou toute ma famille est pendue dans le salon. Il était vraiment horrible, celui-là. Je dois vous avouer qu’il m’a empêché de dormir pendant un long moment. »

Il frissonna.

« Voir les corps inertes et gelés de tous ceux que vous aimez ses balancer au bout d’une corde… »

Il se força à afficher un faible sourire, un peu piteux.

« C’est pas le plus joli joli des rêves… m’enfin ! Et vous ? »

Connor haussa les épaules.

« La mort de ma mère. Elle me revient très souvent. Une fois, je brûlais même avec elle. Je vous raconte pas la douleur… j’étais encore gamin, je me suis réveillé en hurlant. Mais heureusement, sourit-il tendrement, j’avais déjà Achilles à ce moment là. »

Ezio eut un petit rire.

« C’est moignon ! »

L’amérindien lui adressa un regard faussement agacé avant de se tourner vers Altaïr.
Ce dernier fit mine de réfléchir, avant de lançer.

« J’imagine que même si la mort de mon ex-mentor m’a suivi pendant un moment, en ce moment, c’est la disparition de Kadar et Malik qui me hante. Surtout après ce qu’il s’est passé hier soir. »

Les autres acquiescèrent en signe de compréhension, et le syrien se tourna vers Desmond.

« Mais on te connaît, tu nous as pas demandé ça par hasard. Alors vas-y, parce qu’il promet d’être intéressant. »

L’adolescent hésita un long moment avant de commencer.

« Bon. Imaginez-vous dans votre salon. Vous êtes seul dans la maison, plongée dans le noir. Et vous cherchez la lumière à tâtons, mais impossible de l’atteindre. Et puis… les murs ont soudain des bras, des visages, et il y a des formes qui avancent vers vous en tendant des doigts crochus. Et puis… »

Il déglutit difficilement.

« La pièce tourne, vous vous mettez à vomir du sang, et une drôle de bête à tentacules surgit dans votre dos pour vous étrangler et vous chuchoter des trucs bizarres à l’oreille. La pièce est gelée… et soudain, la lumière se rallume et tout rentre en ordre. Il ne reste plus aucune trace de choses bizarres, tout est parfaitement normal.

Il ne vous reste plus qu’à vous laisser tomber par terre, et tout devient noir. »

Les autres échangèrent un regard interdit.

« C’est… c’est bien un cauchemar, Desmond ? » hésita Ezio.

« Bien sûr ! Le médecin a dit que j’avais fait une crise de somnambulisme… » mentit Desmond avec un petit sourire en frottant l’hématome qu’il avait à la pommette.

Mais Altaïr ne les écoutait plus.

Desmond n’avait pas fait une crise de somnambulisme, il en était certain.
D’une part, parce qu’on l’aurait retrouvé en pyjama au milieu de son salon, ce qui ne correspondait pas aux dires de William Miles dans ses appels.
D’autre part, parce que Desmond n’était pas du genre à parler de cauchemars aussi sérieusement, et à se contredire autant dans ses déclarations.

Visiblement, Connor y réfléchissait lui aussi mais semblait vouloir se convaincre du contraire.

Alors qu’Altaïr avait une toute autre explication que la crise de somnambulisme. Ou du moins, une toute autre façon de l’appréhender.

Il fixa ses yeux d’or et d’argent dans ceux identiques de son camarade, détail qui les avait toujours amusés.

Sauf que son regard était grave et dur.

« Desmond, annonça-t-il. Il faut que je te parle. »

______________________________________________________________________________________________________________

Eh voilà!

L'heure est donc grave.

La suite pour demain soir (si mes révisions de maths ne me bouffent pas tout mon temps libre >< )

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piya
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 31/03/2012
Age : 23
Localisation : La tête dans les nuages et les pieds sur terre!

Feuille de personnage
Nom du personnage: Piya
Race: Elfe

MessageSujet: Re: Crossover : Le Théâtre des Ombres   Lun 28 Jan - 19:49

Oh yeah! a bas les mathématiques avec leurs complexes de mouise! MMOUUHAHAAHHAHA!!!

_________________
Like a Star @ heaven Que la Lune veille sur vos rêve et la nuit sur vos envies... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven L'espoir conduit aux rêves, et les rêves à l'espoir... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven Tyrion: Are you going to leave?
Shae: You have a shit memory. I am yours, and you're mine. Like a Star @ heaven



"ok, va falloir qu'on arrête tout ça. Et gloire à Flotteman."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larbredepiya.forumgratuit.org
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Inquiétude croissante (Connor, Desmond)   Lun 4 Mar - 11:00

Nous sommes de retour, tout droit tombés du ciel!

Derrière les étoiles, les surprises son cruelles!!

...

hum hum.

Bon, après cette abscence qui m'a paru être une éternité, me revoilà avec l'autre moitié du chapitre "inquiétude croissante".

J'espère que Piya, tu ne seras pas trop larguée par ce long "blanc" dans mes posts, et que tu sauras t'y retrouver au milieu de tous ces bruns ^^

_____________________________________________________________________

Inquiétude croissante:

Connor :

L’amérindien ne suivit aucun des cours de l’après-midi malgré tous ses efforts pour écouter les commérages du professeur d’anglais et cris hystériques de celui de français.

Il doutait de la version de Desmond.

Un évanouissement lui paraissait beaucoup plus plausible, même si l’hypothèse de la crise de somnambulisme correspondait relativement bien aux évènements.

William Miles n’était pas idiot. Il avait immédiatement compris que son fils avait perdu connaissance.
Son sac était encore dans l’entrée et il était habillé lorsqu’il était arrivé.

Desmond n’avait même pas eu le temps de l’appeler pour l’accabler de reproches à cause de son énième absence de dernière minute.

Et Connor avait su entendre le père inquiet au téléphone derrière la voix sèche et les paroles dures.
Alors que Desmond était incapable de s’en rendre compte.

Connor aurait aimé avoir la chance d’avoir un père aimant, même très sévère. Et même s’il savait que William avait tendance à délaisser son fils au profit de ses activités professionnelles, il ne l’en aimait pas moins et veillait toujours à son bonheur, à sa manière.

Et même si Achilles avait pu représenter une sorte de père pour lui, il n’était pas cet homme.

Non. Le père de Connor courrait en liberté il ne savait où, en ignorant parfaitement qu’il avait un fils.

Et si jamais il s’était marié ? Qu’il avait d’autres enfants ?

Et s’il vivait maintenant très loin d’ici, si loin que Connor n’aurait plus aucune chance de le retrouver ?

Cette pensée le hantait à chaque fois qu’il s’interrogeait sur cet inconnu qui l’avait mis au monde, et choisit de se repencher sur l’affaire « Desmond ».

Ce qui l’inquiétait sans doute le plus était la réaction d’Altaïr. Après tout, celui-ci savait des choses sur la fugue de Kadar, choses qu’il ne voulait pas leur dire.

Et si… et si ça avait un rapport avec le « cauchemar » de Desmond ?

Qui sait… c’était insensé mais… après tout, pourquoi pas ?

L’amérindien fut une nouvelle fois rappelé à l’ordre par son professeur de mathématiques, qui lui fit signe de rester en fin d’heure en lui jetant un regard perçant.

Aïe.

Il s’efforça d’écouter les conjectures et démonstrations à répétition de l’homme jusqu’à la sonnerie, avant de se diriger à son bureau.

Ils attendirent sans un mot que les derniers élèves quittent la salle de cours, puis le professeur parla le premier.

« Monsieur Kenway, j’attends une explication. »

L’amérindien ne sut que dire, et baissa les yeux.

« Je… je suis désolé, monsieur. Je crois que je suis un peu fatigué, en ce moment. »

L’homme posa les mains sur son bureau et se pencha un peu vers l’avant.

« Tu te fais du souci pour tes amis ? »

L’adolescent releva la tête, l’air surpris.

« - Comment-
- Je leur ai parlé, ce matin. J’ai appris ce qu’il était arrivé à Desmond, mais il m’a assuré que tout semblait rentré dans l’ordre, et qu’il ne s’agissait qu’une crise de somnambulisme. Quant à Altaïr, même s’il était très distrait en cours, il m’a assuré qu’il était surtout soulagé que le jeune… comment s’appelle-t-il, déjà ?
- Kadar.
- Oui. Qu’il était surtout rassuré que Kadar soit rentré. »

Le professeur marqua une pause.

« Je pense que tu as suffisamment de problèmes pour t’occuper de ceux de tes camarades, Connor. Ils on l’air de bien se débrouiller, pour le moment. »

L’amérindien hocha lentement la tête.

« - Je m’inquiète quand même.
- Et c’est tout à fait normal. Maintenant, tu peux y aller. Je ne voudrais pas te retenir plus longtemps, j’imagine que tu as hâte de les retrouver. »

L’adolescent adressa un petit sourire à son professeur.

« Merci. »

Il hissa son sac sur son épaule et quitta la salle, avant d’être hélé par l’homme.

« Par contre, Connor ! Si jamais tu t’inquiètes tellement pour eux, tu devrais nous en parler si tu découvrais quoi que ce soit de suspect. »

L’amérindien lui adressa un signe de tête affirmatif avant de s’éloigner définitivement de la salle, la gorge serrée.

Il avait plus que des soupçons… mais malgré toute sa bonne volonté, cet homme serait incapable de l’aider.


Desmond :

« Tu voulais me dire quelque chose ? »

Desmond s’appuya contre le mur face à Altaïr, son sac glissant à ses pieds tandis qu’Ezio s’éloignait pour discuter avec Rebecca et ses amies, leur laissant ainsi toute l’intimité qu’il leur fallait.

Altaïr ficha ses yeux métalliques dans ceux inquiets de son ami.

« Desmond, dis-moi la vérité. »

Le brun haussa les sourcils.

« La vérité à quel sujet ? »

Le syrien intensifia son regard, si bien que l’autre osait à peine respirer.

« A la question que je vais te poser. »

Il attendit que son camarade hoche la tête lentement avant de continuer.

« Desmond… est-ce que c’était réellement un cauchemar ? »

Le brun déglutit. Oh là là. Il n’était pas sérieux, en lui posant cette question… si ?
Il hésita un long moment, les yeux intimidants d’Altaïr le décidant finalement à répondre.

« A quoi bon, tu ne me croiras jamais. »

Le syrien interpréta cette réponse pour un « oui » et reprit.

« Ecoute… ça fait déjà une semaine que Kadar fait des « cauchemars » du même genre. Il m’en a parlé il y a deux jours, et ça ressemblait en touts points à ce que tu nous a raconté ce midi. Alors… je n’ai pas pu m’empêcher de penser qu’il pourrait y avoir un rapport. »

Il hésita un moment, comme s’il doutait de ses propres paroles.

« Je sais que ça peut paraître idiot, mais… qui sait, peut-être que… »

Il soupira longuement.

« En fait, je ne sais pas du tout ce que ça peut signifier. Oublies ça, Desmond. »

Puis il lui adressa un petit sourire.

« On se retrouve ce soir, chez Rebecca ? »

Desmond acquiesça, mais retint son ami par la manche au moment où il s’éloignait.

« Kadar, il voyait quoi, exactement ? »

Le syrien hésita longuement, avant de lâcher :

« Des choses qui lui parlaient. Des choses sans vie. »

Le brun déglutit difficilement.

« D’accord. A ce soir, alors. »

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piya
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 31/03/2012
Age : 23
Localisation : La tête dans les nuages et les pieds sur terre!

Feuille de personnage
Nom du personnage: Piya
Race: Elfe

MessageSujet: Re: Crossover : Le Théâtre des Ombres   Mer 13 Mar - 19:28

OH OUAIS!! bientôt l'arrivée des méchants.... Qui j'imite?
*pom pom schrrrschr....* * pom pom Schrrchrr...*

Et tu semble faire une fixette sur les maths... (on se demande pourquoi!)
D'ailleurs, un indice pour trouver qui j’imite:
Si un plan coupe un tétraèdre et fait donc une section (c'est bien ça?!) de ce dit tétraèdre, comment nomme-t-on le plan?

réponse:
Spoiler:
 

_________________
Like a Star @ heaven Que la Lune veille sur vos rêve et la nuit sur vos envies... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven L'espoir conduit aux rêves, et les rêves à l'espoir... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven Tyrion: Are you going to leave?
Shae: You have a shit memory. I am yours, and you're mine. Like a Star @ heaven



"ok, va falloir qu'on arrête tout ça. Et gloire à Flotteman."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larbredepiya.forumgratuit.org
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Re: Crossover : Le Théâtre des Ombres   Jeu 14 Mar - 19:48

XD maporte quoi la blonde! ^^' qu'est-ce que tu peux raconter comme conneries, alors!

Bon, allez Piya! Je suis bien contente que tu aies commenté la suite de ma fic qui a tant tardé (ouch... inspiration, quand tu nous... tiens pas! ><) et je vais m'empresser de poster la suite.

En fait j'ai déjà écrit pas mal de chapitres que je n'ai pas encore posté, mais je suis bloquée au moment ennuyeux où ils découvrent un endroit nouveau qu'il faut décrire, avec les sensations, et patati et patata...

Tu vois, le truc bien lassant... mais alors quatre fois de suite! >< sinon, la suite et déjà en majorité toute tracée dans ma tête, et j'espère qu'une fois tous ces devoirs passés je pourrai enfin m'en donner à coeur joie et faire vivre à nos quatre petits brunssassins un enfer innomable... ou pas, d'ailleurs!

Mouahahahahahahahahah!!!

Sinon, bonne nuit Piya! =^^=

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piya
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 31/03/2012
Age : 23
Localisation : La tête dans les nuages et les pieds sur terre!

Feuille de personnage
Nom du personnage: Piya
Race: Elfe

MessageSujet: Re: Crossover : Le Théâtre des Ombres   Mar 30 Avr - 13:40

Mouhahahaha! it's a joke? Parce que tu refais la suite a chaque fois que je te vois.
"Hé, Sarah, regarde, j'ai trouvé une nouvelle suite pour ma fic!!"
Je crois que j'ai entendu cette phrase un petit milliers de fois... En attendant, poste! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larbredepiya.forumgratuit.org
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Vie Sociale (Ezio)   Jeu 30 Mai - 16:47

Enfin Lacrima extirpe sa fic d'outre tombe (en fait, je l'avance à peu près tous les jours, mais j'ai la flemme de la poster sur le forum ^^' pas tapeeeer!!!)

Donc voilà, pour Piya qui s'intéresse à ce que j'écris...

*regard accusateur en direction de Moïa, pour ne citer qu'elle... >< pfeuh!*

Je vous posterai donc ce soir un chapitre complet en quatre parties, chacune vue par... eh bien, chacun des quatre protagonistes principaux.

_________________________________________________________________________

Vie sociale

Ezio :

Assis dans le petit sofa du salon, l’italien discutait déjà avec Rebecca en attendant les autres convives, une bière à la main.

« - Et ton colocataire, il est pas là ?
- Il ne va pas tarder, même si ce genre de fête n’est pas son truc.
- Vraiment ? s’étonna le brun.
- Oui, j’imagine qu’il a décidé de rentrer plus pour nous surveiller que pour passer la soirée avec nous.
- Oh… un autre misanthrope. J’imagine qu’il va bien s’entendre avec Connor.
- Connor aime si peu les gens ?
- Disons qu’il a beaucoup de mal à supporter les autres à partir du moment où ils sont bruyants, nombreux, collants, ou au contraire trop distants et difficiles à cerner. Il a aussi du mal avec ceux qui viennent s’engluer à vous pour se montrer amicaux autant qu’avec ceux qui restent dans leur coin pour vous tailler dans le dos. »

Rebecca eut un petit rire nerveux.

« - Ouah, je l’ignorais… même si je partage un peu son opinion sur certains points, je me demande maintenant comment il va pouvoir s’amuser ce soir.
- Connor sait faire des efforts quand il le faut, et tu lui a fait plutôt bonne impression, la rassura Ezio avec un petit sourire. D’après lui, tu n’as pas l’air du genre pot-de-glue ou prise-de-tête. Sinon, crois moi, il ne serait pas venu !
- Je vais donc devoir considérer sa venue comme un immense honneur, c’est ça ? »

Un petit rire leur échappa.

« Non, Connor n’est pas du genre à se faire désirer comme ça. Disons plutôt que c’est un compliment à prendre de la part du plus misanthrope des misanthropes. »

Rebecca eut un petit sourire.

« Toi, ça se voit que tu ne connais pas Shaun. »

Ezio haussa un sourcil.

« C’est mon colloc’, je te l’ai dit il y a cinq minutes ! »

Un éclair de lucidité passa devant ses yeux.

« Ah oui ! Désolé, autant j’aime beaucoup faire de nouvelles rencontres, autant j’ai du mal à retenir les prénoms des « inconnus ». J’imagine que je vais devoir faire un effort pour retenir celui-ci en particulier, si je ne veux pas me faire voler dans les plumes ce soir. »

La brune eut un rire cristallin.

« C’est ça, t’as tout compris ! »

Après un court silence, ils tournèrent la tête d’un seul chef en direction de l’horloge affichée au mur, geste qui leur arracha un petit sourire complice.

« Bon, les autres ne devraient pas tard- »

Ezio fut interrompu par trois coups frappés à la porte de l’appartement, et Rebecca se leva pour jeter un coup d’œil par l’œil de bœuf avant de se retourner vers l’italien.

« Désolé, mes copines sont arrivée avant les tiennes ! »

Il rit.

« Je vais tout leur répéter, et crois-moi, ils laisseront pas passer ça ! »

L’hôte de la fête ouvrit la porte pour laisser entrer ses deux amies, la blonde la première. Toute en beauté, elle aurait aisément pu faire mannequin mais malgré sa grande beauté gardait dans son attitude cette modestie gracieuse qui faisait tout son charme. Elle fit la bise à la brune hirsute avant le balayer la salle du regard.

« Oh, je croyais qu’on était les premières ! »

Elle sautilla d’un pas joyeux vers Ezio qui se leva pour la saluer.

« - Rebonjour Lucy ! chantonna-t-il.
- Rebonjour Ezio ! répondit-elle sur le même ton.
- Quoi de neuf depuis il y a deux heures ? »

La blond rit et haussa les épaules.

« Rien du tout mis à part mon mascara, je crois. »

Sa remarque arracha un sourire à l’italien, tandis que l’autre adolescente, la petite brune aux mèches ondulées, s’approcha de lui d’un pas gracieux pour lui faire la bise avant de s’asseoir timidement sur l’un des gros pouf de leur hôte.

« Vous pouvez prendre une bière, les filles, je crois qu’il y en a déjà d’autres qui arrivent ! » lança Rebecca depuis le couloir de l’immeuble en laissant la porte grande ouverte derrière elle.

« C’est qui ? »

La brunette à la coupe hérissée haussa les épaules.

« Je sais pas, ils sont à pieds. »

L’italien alla la rejoindre et examina rapidement les silhouettes qui venaient d’entrer dans l’immeuble, trois étages plus bas.

« Je sais comment le savoir. » sourit l’italien.

Sous l’œil mi intrigué mi amusé de la brune, il prit une longue inspiration.

« Je joue de l’accordéon polyphonique !!! » cria-t-il à pleins poumons, l’écho de sa voix se répercutant sur les murs gris et froids de la cage d’escalier.

« Uuuuuuu-ah !!! » lui répondirent aussitôt deux voix en écho, suivies d’éclats de rire.

« Content de vous entendre ! »

Rebecca resta un instant interdite, fixant l’italien, un sourcil haussé.

« Oh, c’est une connerie qu’on a regardé sur internet. Ca n’a vraiment rien d’intelligent, ni aucun sens caché. »

La brune éclata à nouveau de son beau rire cristallin alors que les silhouettes d’Altaïr et Desmond se dessinaient devant eux.

__________________________________________________________________

Voilà! C'est rigolo parce que, vu comme ça, on dirait vraiment que tout va bien pour eux...

Je poste la deuxième partie de ce pas!!!

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Re: Crossover : Le Théâtre des Ombres   Jeu 30 Mai - 17:01

Ahhh là là, dis donc! Ca faisait un moment que je n'étais pas revenue sur le forum, hein? Eh ben ça... ha ha! Elle est bien bonne, alors!

Hum hum...

Bon. On sent toujours pas le danger qui approche, hein? Bah vous avez un mauvais sixième sens... ou pas ^^'

_________________________________________________________

Altaïr :

« Pfouah ! Je suis claqué. Comment tu fais pour monter autant de marches chaque jour ? »

Le jeune homme s’accrocha à la rambarde pour reprendre son souffle sous l’œil amusé du syrien qu’il n’affichait lui pas une once d’épuisement.

« Tapette. »

Il releva la tête vers son camarade.

« Attends un peu que je t’attrape, toi. Je vais te faire la peau. »

Rebecca afficha un grand sourire en les saluant avant de désigner la porte de son appartement grande ouverte.

« Bienvenue dans mon humble demeure, voyageurs ! Une petite bière ? »

Ils acquiescèrent d’un seul homme avant d’entrer dans l’habitation, Altaïr refermant avec soins la porte dans son dos avant de balayer le petit salon du regard. Il était plutôt joliment décoré, les meubles contemporains s’alliant parfaitement aux couleurs unies des murs et formes géométriques des tableaux qui les ornaient. Quelques chaises et poufs supplémentaires avaient été trainés dans la petite pièce pour accompagner la causeuse trop petite pour tous les supporter, et la table basse était couverte de paquets de chips, boites de pizza et bouteilles de boissons plus ou moins alcoolisées.

Desmond était déjà affalé dans un pouf, face à Rebecca et Lucy qui semblaient débattre avec lui d’un sujet d’actualité, la blonde semblant en désaccord avec ses camarades. Un peu plus loin, une jolie brune au teint clair les écoutait silencieusement.

Cristina Vespucci.

Bien sûr, Altaïr s’attendait à la voir ici, mais l’animosité qui s’échappait de la jeune femme à son attention le mit mal à l’aise. Il choisit de la saluer d’un signe de la main avant de rejoindre les autres sous le regard perçant de la jeune femme.

« Vous parlez de quoi ? »

Desmond fit un geste de la main d’un air nonchalant.

« Moarf, Lucy était en train de nous expliquer en quoi le français pouvait nous être utile dans la vie. »

Altaïr eut un petit rire.

« Bande d’illettrés ! C’est important de savoir s’exprimer correctement et analyser une œuvre pour en comprendre les moindres sous-entendus, les moindres détails. Comme dans le discours d’un homme politique qu’on devrait élire ou non. »

La blonde fit un grand geste soulagé.

« Enfin quelqu’un de raisonnable ! »

Altair et elle échangèrent un sourire avant que Desmond et Rebecca se remettent à râler au sujet des analyses de Candide et Supplément au Voyage de Bougainville qui leurs semblaient totalement dénuées d’intérêt, mais le syrien perdit le fil de la conversation pour tendre l’oreille vers Ezio qui avait rejoint Cristina à quelques mètres d’eux.

« - Je sais. C’est juste que je ne n’aime pas son air suffisant. Tout dans son attitude tend à montrer qu’il est le meilleur et qu’il le sait. Je ne l’aime pas.
- Je te l’accorde, il est parfois un peu prétentieux. Mais tu es un peu dure avec lui, non ? Il n’est pas comme ça.
- Tu crois vraiment ? C’est parce qu’il est ton ami, non ?
- Justement. Je n’aurai jamais été ami avec un type pareil. »

Ezio marqua une pause sous l’oreille attentive d’Altaïr.

« Tu sais, l’autre jour, il nous a même dit qu’il trouvait que tu avais du mal à t’intégrer à la classe, et il avait l’air soucieux. Je pense plutôt qu’il désapprouve l’attitude des autres. Jamais il ne se moquerait de toi, du moins pas pour ce genre de choses. »

La brune marqua un silence.

« Tu pense vraiment ? Il avait l’air de bien s’amuser à me voir galérer comme je l’ai fait, derrière son air de « monsieur supérieur ». »

Ezio soupira.

« Je t’assure que c’est pas son genre. Je me moque plus que lui ! » rit-il.

Cristina hésita un court instant, et Altaïr la sentit se lever de son pouf pour se rapprocher de lui.
Instinctivement, il bondit sur ses jambes et fit volte-face, sur ses gardes.

La jeune femme lui lança un regard ferme et tendit la main vers lui.

Le syrien baissa lentement les yeux vers ses doigts tendus avant de revenir à son visage, dubitatif.

« Cristina Vespucci. »

L’adolescent surpris de sa réaction n’en laissa rien paraître, et serra sa main d’un geste qu’il fit le plus amical possible.

« Altaïr Ibn-la’Ahad. Tu es dispensée de le prononcer. »

Il nota avec satisfaction le demi-sourire amusé qui naquit sur le visage de la brune, et s’effaça derrière son air surpris lorsqu’il continua.

« Tu fais de la danse, non ? »

Elle lui jeta un regard suspicieux.

« Oui, pourquoi ? »

Le syrien continua, stoïque.

« Ca se voit dans chacun de tes mouvements. Tu n’es pas obligé de grimper la corde comme moi. »

Elle haussa un sourcil et rougit un peu. Il avait remarqué qu’elle essayait de copier ses gestes, alors ? Il était un fichu bon observateur.
Le brun continua.

« Ce que je veux dire, c’est que tu devrais mettre à profit tes talents à toi. »

Elle croisa les bras, l’incitant à continuer du regard. Il sourit.

« J’imagine que ta discipline t’a déjà permis de travailler avec une poutre, un cerceau ou même un ruban, non ? »

La brune acquiesça.

« Alors utilise tes atouts, pas les miens. »

Il jeta ensuite un petit coup d’œil par-dessus son épaule et croisa le regard le regard satisfait d’Ezio.

« Tu devrais retourner vers Ezio, je crois qu’il s’y connait mieux que moi. »

Cristina lui jeta un regard interrogateur.

« Il pratique pas mal de sports de combat, et l’agilité fait partie de ses compétences. J’imagine qu’il serait bien content de te parler du sport qu’on pratique ensemble. »

Elle lui adressa un petit sourire.

« Je suis curieuse d’entendre ça. Ca a l’air très impressionnant. »

Altaïr laissa échapper un petit rire.

« De la bouche d’Ezio, ça l’est ! »

La brune pouffa et lui adressa un petit signe poli avant de rejoindre l’italien.

« Il paraît que tu pratiques un sport un peu spécial avec tes copains ? »

Ezio ouvrit des gros yeux et éclata de rire.

« Ah, vraiment ? »

Cristina soupira.

« Il n’y avait aucune allusion perverse là-dessous ! »

_________________________________________________________________

Voilà! J'attends pas les commentaires de Piya qui va râler parce que j'ai fait une allusion perverse dans ma fanfiction =^^= je poste la partie 3!

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piya
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 31/03/2012
Age : 23
Localisation : La tête dans les nuages et les pieds sur terre!

Feuille de personnage
Nom du personnage: Piya
Race: Elfe

MessageSujet: Re: Crossover : Le Théâtre des Ombres   Jeu 30 Mai - 17:49

Mais non voyons, je ne râle pas (pour une fois^^), j'ai même été surprise que tu ne fasses pas l'allusion lorsqu'Altaïr à dit qu'il pratiquait un sport avec Ezio... Sinon, j'aime bien, à part deux trois fautes d’inattention (tu as écris deux fois le même mot je sais plus où je te conseillerais juste de relire avant de poster). J'en profite pour te montrer tes fautes, pour une fois que je peux!!!!!!! MOUHAHAHAHAHAHA!!!
Et j'adore Altaïr a cause de toi maintenant!

_________________
Like a Star @ heaven Que la Lune veille sur vos rêve et la nuit sur vos envies... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven L'espoir conduit aux rêves, et les rêves à l'espoir... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven Tyrion: Are you going to leave?
Shae: You have a shit memory. I am yours, and you're mine. Like a Star @ heaven



"ok, va falloir qu'on arrête tout ça. Et gloire à Flotteman."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larbredepiya.forumgratuit.org
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Re: Crossover : Le Théâtre des Ombres   Jeu 30 Mai - 18:29

Connor :

La soirée battait maintenant son plein. Ils étaient un peu plus d’une quinzaine dans l’appartement bruyant, et l’amérindien toussota.

Une désagréable odeur de fumée avait envahi la pièce et Rebecca et Lucy s’affairaient à chasser à grands gestes les fumeurs vers le balcon, ces derniers pestant contre le froid qui les attendait une fois la porte fenêtre passée.

L’adolescent soupira, sachant pertinemment comment cette soirée allait finir.

La moitié des invités étaient déjà presque incapables de formuler une phrase correcte et dotée de sens, les autres hurlant de rire à pleins poumons sans raison apparente.

L’odeur étouffante de sueur, d’alcool et de fumée lui arracha un frisson et il jeta un rapide coup d’œil à son verre en détaillant la couleur ambrée de son fond de whisky, avant de poser le récipient sur une surface impossible à déterminer, noyée sous les paquets de chips, cartons de pizza et bouteilles vides.

Il allait devoir arrêter de boire. Il ne souhaitait pas rentrer totalement éméché, pas lorsqu’Achilles l’attendait anxieusement dans le salon.

Il ne voulait pas le décevoir. Il l’avait fait une fois, et ça lui avait servi de leçon.

Rien que le regard atterré qu’avait affiché le vieil homme en l’installant dans la voiture l’avait dissuadé à vie de toute envie de récidive.

De l’air. Il lui fallait de l’air.

L’atmosphère devenait vraiment trop étouffante.

Plusieurs personnes dont il ignorait l’identité le bousculèrent maladroitement alors qu’il cherchait un coin tranquille où profiter de l’air frais, quand une main fine lui saisit l’épaule.

Il fit volte face et se retrouva nez à nez avec Rebecca, sur laquelle s’appuyait une Lucy hilare et chancelante.

« Connor ! cria la brune à son oreille pour couvrir le volume de la musique. Tu voudrais pas me filer un coup de main pour la coucher ?! Elle est lourde ! »

L’amérindien accepta avec un petit sourire, tandis que la blonde tendit un doigt délicatement verni dans sa direction.

« Tu as vu ?! HIC ! Il est gentil ! HIC ! Lesautresilsdisentqu’il-HIC-parlepasbeaucoupmaisc’estpasvrai-HI-IC-ilestgentil !!! »

Connor et la brunette hirsute haussèrent un sourcil, incapables de comprendre la fin de la phrase de la jeune femme qui laissa échapper un nouveau hoquet sonore avec un petit gloussement.

Attendri par son air enfantin, l’amérindien pensa tout haut que tout le monde devrait être bourré comme ça, et Rebecca acquiesça avec un sourire.
Puis, chacun se plaçant d’un côté de l’adolescente éméchée, ils l’accompagnèrent à pas petits pas maladroits dans une petite pièce noire.

La brune ferma la porte derrière eux tandis qu’il allongea la blonde sur un matelas étalé par terre, l’aidant à retirer son sweat-shirt et ses chaussures avant de remonter une couverture sur ses épaules.

« MercHIC !!! »

L’amérindien eut un petit rire.

« De rien. »

Et le temps que la brune le rejoigne pour le remercier à son tour, Lucy s’était déjà endormie et ronflait paisiblement.

« Bizarre de voir un petit bout de femme faire autant de bruit. »

Rebecca sourit en s’appuyant dos au mur.

« Ouais. Mais heureusement, ça n’arrive que quand elle a trop bu. »

Elle se laissa glisser sur le sol, tapotant le parquet à côté d’elle en guise d’invitation.
L’adolescent métis l’imita et savoura avec délices la fraîcheur de la pièce, et la musique était suffisamment étouffée par la porte et les murs pour lui permettre se savourer un ersatz de silence.
Il poussa malgré lui un petit soupir de soulagement, et la jeune femme hirsute se tourna vers lui, ramenant ses genoux contre sa poitrine en posant son menton au somment.

« Tu t’amuses bien ? »

Connor haussa un sourcil, surpris par la question. Elle ajouta, entre deux ronflements de Lucy :

« Je sais que c’est pas ton truc, ce genre de soirées. Et j’ai pas envie que l’un des invités se fasse chier. »

Il eut un petit rire.

« Ah. Non non, ça va. C’est beaucoup mieux que toutes celles que j’ai faites jusqu’à présent. Rien que pour ton stock de boissons sans alcool. »

La brune se redressa d’un air fier.

« Moui, je sais. C’est la recette de la maison pour que tout le monde s’y retrouve. Secret de famille. »

Leur petit rire fut étouffé par un ronflement de Lucy qui roula violemment sur le côté, avant de marmonner quelque chose d’incompréhensible.
Et de se remettre à ronfloter joyeusement comme si de rien n’était.

Connor se frotta la nuque.

« Au fait, ton colloc’… je l’ai pas vu. Il est pas trop énervé par la fête ? »

Rebecca laissa échapper un petit rire nerveux.

« - J’imagine qu’il se vengera en me réveillant à six heures demain matin, mais Shaun n’est pas du genre à m’empêcher de m’amuser tant que je nettoie tout et qu’il n’y a pas de dégradations majeures.
- Comment tu l’as rencontré ?
- Ah, c’est une longue histoire ! sourit-elle. En fait, j’étais en voyage en Angleterre avec mes parents quand j’ai décidé de faire un petit stage d’informatique proposé dans le village ou nous étions. Ma grande passion était le snow mais, suite à une chute, j’ai du faire une pause. Je me suis donc consacrée à l’informatique, et c’est devenu ma seconde grande passion. C’est pour ça que je cherchais à m’améliorer, et ce cours de programmation était une aubaine pour moi.
- Je dois t’avouer que j’ai un peu de mal avec les ordinateurs, moi. Et après ?
- Après ? Eh bien, comme tu peux t’en douter, deux ou trois informaticiens s’occupaient de nous, dont Shaun. Il était si jeune et pourtant si doué, j’ai pas pu m’empêcher de passer l’après-midi à lui poser des questions et tout regarder par-dessus son épaule.
- Et il ne t’a pas envoyé bouler ? s’étonna l’amérindien.
- Il a essayé, mais j’étais trop collante. Alors il m’a donné un programme compliqué à faire pour m’occuper… et j’ai été très heureuse de voir sa surprise quand je suis revenue un quart d’heure plus tard. Tout fonctionnait à la perfection, sourit-elle.
- Rebecca, génie de l’informatique. Ca m’étonne même pas de toi.
- Merci ! En tout cas, il a fini par s’intéresser à moi et on s’est plutôt bien entendus, même si je lui tape souvent sur le système. Sans mauvais jeu de mot. »

Ils échangèrent un petit regard amusé.

« - Et après ?
- Après ? Quand je suis rentrée, nous avons gardé contact jusqu’à ce qu’il m’annonce qu’il souhaitait intégrer une grande école, pas très loin d’ici. Etant donné que c’était mon objectif à moi aussi, je lui ai immédiatement proposé de vivre en collocation avec moi.
- Oui, ça vous arrangeait tous les deux comme ça.
- Ouaip. »

S’ensuivit un long silence, mais sans aucun malaise. Chacun des deux savourait la fraîcheur de la chambre et respirait lentement, au rythme des ronflements atténués de Lucy qui serrait tendrement son oreiller contre elle.

Connor songea qu’il avait bien fait de venir, au final. Parce que Rebecca était une rencontre plutôt intéressante.

On ne se sentait pas obligé de meubler le silence, en sa compagnie. Pas obligé de parler.
Et pour la première fois, il ne se sentit pas mal à l’aise en compagnie d’un « étranger ».

Maintenant détendu, il se laissa glisser plus proche du sol et étira les muscles de son dos, douloureux.

Rebecca se redressa et se pencha vers lui.

« Dis, je me posait une question. Tu as déjà vécu avec des « purs » indiens, ou tu es né en ville ? »

Connor eut un petit sourire.

« Disons que j’en ai déjà fréquenté. »

Le visage de la brune hirsute s’anima.

« Sérieux ? Et alors ! C’est vrai qu’ils on encore des rituels ? Genre les peintures de guerre, les danses autour du feu et les plumes dans les cheveux ? »

L’amérindien éclata de rire, et pendant un moment, la brunette se sentit idiote.

« -Oh… je dois passer pour une conne, là, non ?
- Bien sûr que non ! Oui, il leur reste quelques rituels du genre. C’est juste que je trouve ça curieux qu’un crack de l’informatique s’intéresse à ça.
- Ben comme quoi… »

Elle haussa les épaules et sourit, avalant une gorgée de bière, alors que Connor se penchait déjà vers elle pour lui poser une question sur ses origines à elle.

Mais il avait à peine ouvert la bouche qu’il fut interrompu par un cri de Lucy, s’asseyant soudain dans son lit.

Les cheveux en bataille et les yeux écarquillés, elle haletait.

« Je dois rentrer ! »

______________________________________________________________________________________________



Encore eût-il fallu que je conclusse...

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crossover : Le Théâtre des Ombres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Crossover : Le Théâtre des Ombres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Robillard, Anne] Les Chevaliers D'Emeraude - Tome 3: Piège au Royaume des Ombres
» (Collection) Ombres errantes
» Ombres
» Robert Michel - Hors-Destin - L'Agent des Ombres tome 4
» Noirez Jérôme - Le chemin des ombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'arbre de Piya :: Bibliothèque: :: Fanfictions-
Sauter vers: