L'arbre de Piya
Bon retour sur le forum!


Forum pour Fanfictions de toutes sortes!
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'oiseau au coeur de feu (Yaoi, songfic)

Aller en bas 
AuteurMessage
Piya
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 31/03/2012
Age : 23
Localisation : La tête dans les nuages et les pieds sur terre!

Feuille de personnage
Nom du personnage: Piya
Race: Elfe

MessageSujet: L'oiseau au coeur de feu (Yaoi, songfic)    Jeu 9 Mai - 15:39

Voilà ma fic préférée que je consent enfin à vous faire partager... Je vais essayer de couper par chapitre plus courts que le texte original.


L'oiseau au coeur de feu

Chapitre 1 : Le volte-face indésirable
https://www.youtube.com/watch?v=0PZIn_5K5o8

"-Après la présentation de cette preuve décisive, il m'est impossible de me tromper quand au mobile de Mlle Kaïra Swen. Et, par conséquent, je déclare l’accusé, M. Christopher Blake, n-o-n c-o-u-p-a-b-l-e."
Pfiiiiou! Argh! Ils avaient réussi. Phoenix avait trimé comme un beau diable pour que le parquet se rende enfin compte que son client n'était pas coupable. D'ailleurs; il n'y croyait toujours pas... Ce n'est qu'en voyant le sourire radieux de Maya quand il arriva dans la salle des accusée qu'il se rendit compte que tout était terminé...
-Hey, Nick! Bravo! T'as réussi!
-Merci. C'était dur, mais on finit par l'avoir... Christopher arriva dans la salle et sauta littéralement sur le pauvre avocat en costard.
-Merci, man! J'ai vraiment cru que j’allai y passer... C'était génial! Comment tu lui a balancé la preuve dans les dents, à Bouley!
-Hum.... Mais de-de rien! *C'est bon, vous pouvez me lâcher maintenant!*
-Salut mon gars! Magnifique ce procès!!!
C'était au tour de l'inspecteur Dick Tektiv d'entrer avec fracas dans la pièce. Il avait beau faire ses apparition toujours de la même manière depuis que phoenix le connaissait, celui-ci n'avait jamais réussi à s'y habituer... Comme à chaque fin de procès, tout le monde était de bonne humeur. Phoenix commençait même à sentir les battement de son cœur ralentir un peu...
-He bien, heum, merci. Mais bon, sans cette preuve, on était cuits...
-NICK! Ne soit pas aussi pessimiste!
-Ok, Maya, mais tu dois avouer que, pour une fois, Bouley à bien bossé!
-Ouais, mon gars! et pas qu'un peu!
Tektiv était tout sourire, planté au milieu de la salle, dans son imperméable sans forme qui le caractérisait. Ses cheveux étaient en bataille, mais ça n'avait rien a voir avec ceux de Phoenix qui étaient, eux, dressés volontairement derrière sa tête, à tel point qu'on aurait dit un hérisson. Maya regarda l'avocat qui lui faisait office de "patron" et déclara:
-N’empêche, Nick, t'as quand même réussit à le battre! Mais je trouve ça étrange qu'il se soit débrouillé aussi bien cette fois...
-Eh oui, il arrivait presque à la cheville de Hunt-... Phoenix se tut avant d'avoir terminé sa phrase. Il l'avait d'ailleurs prononcée avec un peu trop d’enthousiasme à son goût... Car c'était indéniable: Bouley n'avait pas été meilleur. C'était lui... Lui qui avait été moins bon. Et pour cause... Il avait passé son temps à essayer de le chasser de son esprit, et il en avait raté des détails essentiels.
Un gros blanc avait suivit sa déclaration, finalement rompu par Maya:
-Nick! tu sais ce qu'on fait quand on a finit un procès...?
L'intéressé sortit de ses pensées et déclara avec un petit sourire gêné:
-Heum... Oui, Maya... Qu'est ce que tu pense de notre petit resto favori?
-Ah, non, Nick! Pour une victoire comme celle là, il faut un vrai resto, pas le petit burger auquel tu m'emmène d'habitude! Quoi que, j'adoooore les hamburgers!
Maya avait toujours le chic pour le mettre dans l'embarras. Ils finirent quand même par tous se retrouver dans un petit restaurant. Et puis, Maya avait raison. Cette victoire était "spéciale"... Ce n'est pas tout les jours que l'on apprends, pendant une enquête, que l'homme pour lequel on a choisit de faire notre métier avait "choisi de mourir".

-Beeeeenjiiiiiiiiii! Arrête de faire la tête et viens voir!
La jeune femme d'une vingtaine d'année était plantée dans la cuisine, les mains sur les hanches. Benjamin se leva péniblement du canapé et la rejoignit. Il haussa un sourcil quand il la vit: elle était en tablier (plus très blanc) sur une robe courte et orange, elle même tachée de toute sortes d'ingrédient dont le jeune homme ne connaissait même pas de nom. Même la figure de la demoiselle était maculée de petites taches marrons. La jeune femme avait attaché ses cheveux noirs et bouclés en une queue de cheval haute pour leur éviter d'être salis, chose qui était à peu près réussie.
-Argh! Arrête de me regarder comme ça! Tu sais très bien que je ne suis pas très douée en cuisine... Mais regarde, je t'ai fait ton plat préféré!
Le jeune homme contempla le gâteau au chocolat qui trônait sur la table. Il regarda son amie dont les yeux bleus pétillaient de fierté.
-Aloooors? T'en pense quoi?
-Heum... Pas trop raté, je dirais.
-Benji! Tu vas y goûter, hein?
A vrai dire, le jeune homme avait perdu l'appétit il y a déjà pas mal de temps. Mais la joie de son amie et son enthousiasme à essayer de lui redonner le sourire lui mettait un peu de baume au coeur. En effet, Benjamin Hunter, le fameux avocat de l'accusation tellement réputé pour son parcours "sans faute" et sa superbe carrière, avait perdu tout son honneur quand il était arrivé.
Lui... Phoenix Wright. Celui qui avait changé sa vie. Benji s'était retrouvé devant lui au tribunal, un peu moins d'un an auparavant. Il avait usé de toutes ses méthodes pour gagner comme il l'avait toujours fait, il avait tout essayé pour obtenir un verdict "coupable". Mais même ne pas présenter certaines preuves ou manipuler les témoignages n'avait pas suffit. Et il avait essuyé sa première défaite. Wright était devenu son ennemi, ils s'étaient d'ailleurs retrouvés plusieurs fois l'un contre l'autre au barreau, et, au final, c'était toujours la même chose: Phoenix gagnait. Pendant un temps, Benjamin avait cru le détester... Jusqu'à ce qu'il se retrouve, lui, accusé de meurtre. Et qui l'avait défendu, lorsque plus personne ne croyait en lui? Phoenix Wright. Qui lui avait fait confiance? Phoenix Wright. Et en retour, à qui, lui, Benjamin Hunter, avait-il finit par faire confiance? A Phoenix Wright. Et il l'avait sauvé. Il avait eut, une fois encore, le verdict "non coupable". Et ce n'est qu'après ça que Hunter avait commencé à se poser des questions. Qu'il s'était rendu compte que, peut être, Wright avait raison, qu'il avait toujours eu raison. Ce n'était pas le verdict qui comptait, c'était la vérité. Celle que lui même mettait tout son cœur à cacher... Et que Phoenix mettait tout son cœur a défendre.
C'est pour ça qu'il avait quitté le pays pour retourner en Allemagne, là ou il avait été élevé. Il avait prévu de ne jamais retourner là ou phoenix se trouvait, par honte. De toute façon, tout le monde le croyait mort.
Et il y avait autre chose... Non, il ne devait pas y penser. Sur ce point là, il avait forcément tort. Il ne pouvait pas être... Pas de...
-Benji? Tu vas bien? Le jeune homme releva la tête. T'as une mine affreuse, Ben. On dirait que t'as vu un fantôme!
Le sourire éclatant de son amie eut un effet apaisant sur le visage du jeune homme, et ses trait, qui était si durs tant ils reflétait toutes ses interrogations, se détendirent légèrement.
Il s'assit à table sans un mot, et commença à manger, doucement, la part de gâteau que sa meilleure amie lui avait servie.


*toc toc toc*
-Excusez-moi, il y a quelqu'un?
-Entrez!!
D'un pas lent, Phoenix se leva et alla ouvrir. Maya était repartit au village Kurain d'où elle était originaire depuis un mois déjà, et son bureau lui semblait maintenant bien vide... Un gros bonhomme habillé d'un costard sûrement hors de prix se tenait devant la porte. Il avait une petite tête rondelette surmontée de cheveux gris. Mais, de tout son visage, ce n'était pas ça qui retenait l'attention, mais sa moustache grisonnante d'aristocrate anglais et ses tout petits yeux derrière des lunettes qui contrastait beaucoup avec la rondeur du reste de son corps...
-Hum hum... M. Wright?
-Oui...?
Phoenix regardait son interlocuteur d'un air blasé. Qu'est ce que cet urluberlu de Rosenberg lui voulait encore? Sa faisait déjà la troisième fois qu'il venait au bureau depuis le début de la semaine... Et Phoenix commençait vraiment à en avoir marre.
-Je, heum, je voulais savoir si ça vous dérangeait de prendre ce dossier, je suis déjà surbooké, et je...
-Et bien, monsieur Rosenberg, je suis désolé, mais je ne peux pas pour l'instant.
-Enfin,Wright, il faut sortir de temps en temps!
Alors voilà le vrai but de son confrère... Mais le jeune avocat avait bien l'intention de rester dans son bureau à revoir, encore et encore, les mêmes épisodes du samouraï d'acier que Maya lui avait offert à son anniversaire.
-Je... Je suis désolé... Mais je ne peux pas. J'ai... d'autres affaires à régler.
-Bien... je trouverait quelqu'un d'autre à qui donner ce dossier... Au revoir!
-Au revoir.
Après ce bref échange, Phoenix referma la porte. Non seulement il ne voulait pas prendre de dossier en ce moment (ce qui, vu son état, était plutôt une bonne chose pour ses clients potentiels) mais en plus, Rosenberg était tout à fait le genre d'avocat à en faire le moins possible. Pour être déjà allé dans le bureau de ce dernier, phoenix pouvait en témoigner... Tout en or, avec une superbe bibliothèque dont les trois quart des livres n'avaient pas étés ouverts depuis des lustres, on voyait bien que l'avocat n'avait plus besoin de rien. Du coup, il ne prenait presque plus d'affaires et se contentait de savourer ses journées avant qu'il ne puisse partir à le retraite. Néanmoins, phoenix était touché que le vieil homme se déplace pour lui. Mais ça n'allait pas changer grand chose... Ça n'avait pas, ne serais-ce qu'atténuer, le sentiment étrange qui le hantait depuis si longtemps.
Le jeune avocat se remit devant la télé et appuya sur le bouton play de sa télécommande. Le samouraï enfermé dans la petite boite se remit à bouger et à sauver le monde. Phoenix avait encore du mal à croire qu'il avait sauvé de la prison l'homme qui se cachait dans le costume. Ce souvenir faisait remonter en lui un tas de bons et mauvais moments. C'était sa troisième enquête en tant qu'avocat de la défense, et sa première enquête avec maya après celle de la mort de Mia, sa patronne et la grande sœur de son amie... C'était aussi la deuxième fois qu'il rencontrait toute les personnes qu'il côtoyait aujourd'hui, comme Dick Tectiv, Samuel Rosenberg... Et la deuxième fois qu'il se retrouvait face à lui... Argh! Même après sa mort, Benjamin Hunter continuait de le hanter. Phoenix ne pouvait pas s'empêcher de penser à lui. Après tout, ils se connaissaient depuis qu'ils étaient petits.
*Sa ne sert plus a rien, maintenant, il est mort.*
Phoenix avait beau se répéter cette phrase, rien ne changeait. Car c'était bien sa, le problème. Il était mort... Mort. Ce mot résonnait dans sa tête, cognant toutes les parois de son crâne comme s'il voulait en sortir. Une larme coula de l'oeil du jeune homme et glissa lentement sur sa joue. Phoenix l'essuya d'un coup de manche brusque, se maudissant lui même de cette faiblesse.
*Arrête de pleurer, Phoenix. Sa ne sert à rien! A rien...*
Et il retomba dans son fauteuil, la tête posée sur le dossier. Les yeux mis clos, il laissa couler ses larmes, froides et tranchantes comme pour lui rappeler la dure réalité qui s'acharnait sur lui. Il n'avait même plus la force de les essuyer et les laissa mouiller sa peau et sa veste. Que lui arrivait-il? Pourquoi réagissait-il comme ça? Il ne pouvait même plus réfléchir. Le jeune homme ne sentait plus que l'étau noir qui écrasait son âme. Dans la télé, le Samouraï fit une superbe cascade avant de battre son ennemi et de sauver la princesse rose. Mais plus personne ne le regardait...


Eena regardait son reflet dans la glace quand Benjamin entra dans la pièce. Elle l'aperçut dans le miroir et se retourna. Ses jolies boucles brunes rebondirent lorsqu'elle tourna la tête, et son visage était éclatant, comme d'habitude.
-Hey, Ben! T'es prêt?
Elle n'eut pour réponse qu'un "hm hm" de l'intéressé, accompagné d'un petit sourire. La jeune fille lui répondit avec un clin d'oeil avant de sortir de la pièce. Hunter était habillé de sa sempiternel chemise blanche et de son gilet noir, mais il n'avait pas mis son costard magenta qu'il portait habituellement au tribunal. Il jeta un regard bref au miroir qui était accroché au mur de la salle de bain pour vérifier l'état de sa coiffure, puis, une fois certains que ses mèches fétiches étaient bien en place, il sortit à son tour de la petite salle. Sa faisait plus d'un mois qu'il vivait chez sa meilleure amie, et il sortait de l'appartement pour la première fois depuis son arrivée. Eena et lui allaient au cinéma, voir le nouveau long métrage du créateur du samouraï d'acier intitulé "La revanche de la princesse Rose". L'homme qui jouait le samouraï d'acier dans la série, Gustavo Lonté, avait été accusé de meurtre un peu moins d'une année auparavant. C'était une des rares personnes qui n'était pas allé en prison par sa faute, grâce à Phoenix.
Je suppose qu'il doit sauver beaucoup plus de personnes maintenant que je ne suis plus là...
Il attrapa sa veste, l'enfila et sortit de l'appartement à la suite de son amie. Hunter ouvrit la porte de l'immeuble pour laisser passer Eena et se prit la lumière vive et chaude du soleil en pleine face. Ils étaient au début de l'été et le jeune homme, qui n'avait pas mis le nez dehors depuis plus d'un mois, fut surpris de revoir le monde extérieur. Il plissa les yeux, ébloui par le soleil, et éternua une première fois. Il eut à peine le temps de relever la tête qu'un nouvel éternuement commença à lui piquer les narines. Il pris une grande inspiration pour chasser ce désagrément, et l'air chaud et neuf de la rue lui brûla les poumons, ce qui eut pour effet de lui causer une nouvelle crise d'éternuement, et un bon fou rire de son amie.
-Tu vois Ben, il faut sortir de temps en temps!
Il la regarda, l'air sévère, et poursuivit son chemin comme si de rien n'était. Néanmoins, la caresse de l'air sur sa peau et le chant des oiseaux lui avait un peu manqué. Les deux amis se dirigèrent vers le cinéma. Benjamin n'aimait pas vraiment le samouraï d'acier et la Princesse Rose, et il avait accepté de venir plus pour faire plaisir a Eena que pour lui même. D'ailleurs, si ça n'avait tenu qu'a lui, il serait resté une journée de plus à se morfondre et à ruminer des idées plus noires les unes que les autres. Mais Eena était là... Et elle insistait depuis déjà des semaines pour qu'il sorte un peu de l'appartement. Au bout de quelques minutes, le jeune homme retira sa veste. La chaleur qui émanait du soleil coulait sur sa peau, et la sensation que ça lui procurait et qu'il n'avait pas ressentit depuis longtemps effaça les doutes et les craintes de son esprit pendant quelques minutes. Bien qu'il ne se sentit bien que quelques instants, ce fut pour lui un véritable soulagement.
Ils arrivèrent devant le cinéma, et une petite file d'attente commençait à se former. Hunter regarda d'un air amusé les gens qui s'impatientaient, jusqu'à ce que ce soit à son tour d'attendre... Chose qu'il détestait faire. Après avoir pris des billets, les deux amis entrèrent dans la salle peu éclairée du cinéma et tentèrent de trouver de bonnes places. Ils finirent de s'installer lorsque tout devint noir. Alors les images de son passé resurgirent en Hunter, le faisant hoqueter de surprise. Elles amenaient avec elles toute la noirceur qui hantait ses jours, jusqu'à cette dernière pensée qui semblait être la seule colorée parmi touts ses souvenirs sinistres. C'était Phoenix. Benji le chassa une fois de plus de son esprit, mais son visage était un livre ouvert sur ses pensées les plus secrètes. Une larme atteignit sa chemise blanche quand l'écran de la salle fit apparaître les premières images d'une publicité pour une agence de voyage qui proposait une virée au États Unis.

_________________
Like a Star @ heaven Que la Lune veille sur vos rêve et la nuit sur vos envies... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven L'espoir conduit aux rêves, et les rêves à l'espoir... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven Tyrion: Are you going to leave?
Shae: You have a shit memory. I am yours, and you're mine. Like a Star @ heaven



"ok, va falloir qu'on arrête tout ça. Et gloire à Flotteman."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larbredepiya.forumgratuit.org
*Lacrima*
Ange Pierre de Lune
Ange Pierre de Lune
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/05/2012
Localisation : Dans les locaux d'Abstergo Industries.

Feuille de personnage
Nom du personnage: Elvirella
Race: Sorcier/sorcière

MessageSujet: Re: L'oiseau au coeur de feu (Yaoi, songfic)    Lun 27 Mai - 18:41

Héhé! J'ai enfin trouvé le temps de lire ta fanfiction!!! (en trichant un peu sur le temps d'ordi auquel j'ai droit le soir XD)

Et ça fait du bien de relire ce chapitre. C'est marrant, il m'a paru plus savoureux sur le forum! Va savoir pourquoi.... ^^

Bah rien à dire, tu as déjà tout entendu. Et j'ai pas eu le courage d'écouter la chanson (en plus je risque de me faire rôder XD) mais je songe à le faire ce soir dans mon lit tout doux avant de m'endormir!

Eh bien, poste vite la suite, et ton dessin!!! (>^^)> <(^^<) (comme tu peux le voir, j'ai joué avec mon clavier, et ça a donné un câlin de Kirby.)

_________________
Gloire à Flotteman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piya
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 31/03/2012
Age : 23
Localisation : La tête dans les nuages et les pieds sur terre!

Feuille de personnage
Nom du personnage: Piya
Race: Elfe

MessageSujet: Re: L'oiseau au coeur de feu (Yaoi, songfic)    Lun 27 Mai - 19:47

TROP MIGNON! je conaissait pas le câlin kirby, mais il est cool! bon, je te post la suite du chapitre...

Il était déja 22h, et Phoenix ne dormait toujours pas. Sa faisait déjà longtemps qu'il ne parvenait plus à trouver le sommeil. Il repensait à la primaire, avec Paul Defès et Hunter, qui étaient ses meilleurs amis à l'époque. Il se rappelait le vol dont tout le monde l'accusait, et la défense qu'Hunter avait fait au procès de classe...
"Vous n'avez aucune preuve. Il ne peut pas être pris comme coupable!"
Pourtant, c'était à Hunter qu'on avait volé l'argent de sa cantine... Et qui l'avait piqué? Paul, bien sûr. Ils avaient même trouvé un dicton à son sujet, à l'école: "quand Paul Defès arrive, tout pars à la dérive!" Et, même aujourd'hui, cette phrase était toujours valable. C'est depuis cet incident que les trois garçons étaient devenus amis. Puis, Hunter était parti pour une raison que tout le monde ignorait, laissant Phoenix et Paul derrière lui.
Plus tard, Phoenix avait appris que son ami, qui avait toujours voulu suivre les traces de son père comme avocat de la défense, était devenu un formidable avocat de l'accusation. Mais Phoenix savait, lui, que si son vieil ami avait changé de camp, ce n'était pas pour rien, qu'il y avait forcément une raison... Et il avait essayer de recontacter Hunter, mais celui-ci ne répondait ni à ses coups de téléphone, ni à ses e-mail. C'est alors que Phoenix avait décidé de devenir avocat. Comme ça, il était obligé de se retrouver contre hunter... Et celui-ci allait être obligé de le revoir. Mais lorsqu'ils s'étaient retrouvés, c'était en tant qu'ennemis, jusqu'au jour ou il avait du le défendre... Quand Benjamin Hunter avait été accusé de meurtre. Et c'est grâce à ce procès que Phoenix avait compris pourquoi son ami était partit en primaire. Il avait suivi l'avocat de l'accusation Manfred Von Karma en Allemagne après la mort de son père, et avait été élevé par ce dernier.
Et il avait bien changé! Il était devenu si... Les mots lui manquaient pour qualifier le procureur. En fait, si. Il en avait plein, des mots, beaucoup trop d'ailleurs. Hunter était fier, cassant, il se croyait meilleur que les autres. Son ami n'était pas comme sa... Avant.
Enfin, Wright n'y pouvait rien si Benji était comme il était. Et il s'en voulait de ne pas avoir réussit à le faire redevenir lui même avant que celui-ci ne se... Tue.

Le temps passait, et Hunter se sentait un petit peu mieux chaque jour. Il avait trouvé refuge chez Eena après son exil des États Unis, et sa meilleure amie l'avait accueilli à bras ouverts sans lui poser de questions. C'est d'ailleurs pour cette qualité qu'il c'était présenté chez elle un beau matin, genre "chuivraimentpasbienesquejepeuskattercheztoiSTP". Comme il l'avait deviné, la jeune femme avait accepté tout de suite et s'était occupé de lui exactement comme il en avait besoin. C'est fou comme les meilleurs amis pouvaient servir! En même temps, Hunter savait très bien qu'il aurais fait la même chose pour elle...
Mais Eena le connaissait que trop bien, et elle avait fini par comprendre ce qui le travaillait vraiment, disant tout haut ce que lui pensait tout bas.
C'était sorti comme ça, pendant une fraiche journée d'automne. Hunter était, comme à son habitude, entrain de flâner dans l'appartement quand la jeune fille s'était assise devant lui, l'avait regardé droit dans les yeux et avait déclaré:
-Alors, Benji, de qui est-tu amoureux?
-De... De quoi !?! M'enfin...
Un petit sourire naquit sur le visage d'Eena quand les joues de son ami se teintèrent de pourpre. Décidément, Hunter ne pouvait rien lui cacher... La jeune femme le réinterrogea du regard, et Benji n'eut d'autre choix que de détourner les yeux.
-Benjamin Hunter. Ça fait bien trop longtemps que je te connais, et je sait que si tu es venu chez moi comme ça, c'est que quelque chose ne va pas.
Bon, jusque là, c'était pas très difficile à deviner. Mais comment savait-elle que... Et puis non. De toute façon, il n'était amoureux de personne. Le jeune homme serra la housse du canapé à s'en rendre les mains aussi blanches qu'un bon verre de lait (la douceur en moins). Ce geste n'échappa pas à Eena, dont les derniers doutes concernant son ami s'envolaient. Elle avait tapé juste. En plein coeur, et dans tout les sens du terme...
-Benji?
- Je... Ne...Suis... Pas... Amoureux! Il avait craché les mots comme si ça avait été des vipères/crapeaux/araignées ou toutes autres choses horribles. Son amie eut un petit mouvement de recul à peine perceptible, puis lui pris délicatement le menton pour remettre son visage au niveau du sien. Quel ne fut pas sa surprise lorsqu'elle vit les larmes de cristal qui brillaient dans les yeux noirs et tristes de son ami. Elle savait qu'il y avait un truc, mais elle ne pensait pas que ça le touchait à ce point... Le garçon dégagea sa main d'un coup de tête brusque pour échapper à son regard. Eena regarda son ami désemparé, et souffla d'une voix pleine de douceur:
-Benji... Qu'est ce qui ce passe?
C'en était trop pour le jeune homme. Les émotions qu'il avait accumulé depuis plusieurs mois, voir plusieurs années, remontèrent en lui en un tourbillon ravageur. Sa peine et sa douleur l'envahirent et déchirèrent son coeur sans aucune pitié. Et il éclata en sanglot.
-Rien! Y'a rien... du tout...
Il ne parvenait même pas à aligner trois mots. Eena s'assit à côté de lui et le pris dans ses bras, le berçant comme une mère bercerait un enfant. Le jeune homme se laissa aller contre la poitrine de son amie en pleurant à chaudes larmes. La présence de celle-ci était rassurante, protectrice. Le jeune homme s'accrochait maintenant au t-shirt d'Eena et ne semblait pas vouloir la lâcher, elle, la seule petite goutte de douceur dans l'océan de ses sentiments. Ils restèrent là pendant un moment que ni l'un ni l'autre n'aurais put définir, lui enfoui dans les bras protecteurs de son amie, elle le serrant contre elle en espérant pouvoir l'aider, si ce n'était pas trop tard. Hunter finit par la lâcher et se redressa. Il avait les yeux rouges d'avoir pleuré, et essuya les larmes qui restaient sur ses joue du revers de la main. Eena avait toujours un bras autour de ses épaules. Elle prit délicatement sa main dans la sienne avant de murmurer un "désolée" presque inaudible. Benjamin la regarda: son visage était sincère, presque triste.
-Non, Eena. C'est moi qui suis désolé... Je...
La jeune fille releva la tête. Allait il enfin réussir à dire ce pour quoi il était ici?
-Je crois que... Que je...
-Que tu es amoureux?
Hunter fit un légère grimace et enfouit sa tête dans ses mains. Oui, c'était ça. Elle avait terminé sa phrase, disant ce que lui ne voulait pas admettre.
-Que je suis amoureux.
Sa y est, il l'avait dit. Dans un murmure ultrarapide, mais il l'avait dit.
-Et bien? En soi, ce n'est pas un problème... La voix de la jeune fille était toujours douce, comme si ses paroles glissaient sur l'air. Elle avait retiré son bras des épaules du garçon lorsque celui-ci avait décidé de se cacher dans ses mains, et maintenant elle jouait avec le coin de sa jupe, ne quittant pas son ami du regard.
-Non... Enfin... Si...
-Ben, il n'y a pas de mal à être amoureux. Et tu le sais... Ce qui m’amène à conclure que ce qui ne va pas n'est pas là...
Le jeune homme se redressa et prit une grande inspiration. Son amie avait la fâcheuse manie d'être assez intelligente pour déduire ce qu'il ne voulait pas qu'elle déduise...
-Je ne devrais pas l'être... c'est tout. C'est impossible. Sur ces paroles, il se leva et partit en direction de la chambre qu'il occupait depuis déja plusieurs mois, laissant Eena seule sur le canapé. Dans sa précipitation de la quitter, il ne remarqua pas le petit sourire triste qui se dessinait sur le visage de son amie.

J'ai pas de chanson sur cette partie, ne m'en voulez pas, mais je suis obligée de couper les chapitres...

_________________
Like a Star @ heaven Que la Lune veille sur vos rêve et la nuit sur vos envies... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven L'espoir conduit aux rêves, et les rêves à l'espoir... Like a Star @ heaven

Like a Star @ heaven Tyrion: Are you going to leave?
Shae: You have a shit memory. I am yours, and you're mine. Like a Star @ heaven



"ok, va falloir qu'on arrête tout ça. Et gloire à Flotteman."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larbredepiya.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'oiseau au coeur de feu (Yaoi, songfic)    

Revenir en haut Aller en bas
 
L'oiseau au coeur de feu (Yaoi, songfic)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fille, le chat et l'oiseau...
» Moelleux au chocolat coeur à la banane
» Oiseau dans la savane (jardin Africain)
» coeur de boeuf aux carottes
» la fille, le chat et l'oiseau...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'arbre de Piya :: Bibliothèque: :: Fanfictions-
Sauter vers: